JO 2021 : Melvyn Richardson en or à Tokyo, 29 ans après le bronze raflé par son père, Jackson, à Barcelone

jeux olympiques
Melvyn et Jackson Richardson JO
A Gauche, Jackson Richardson invité à suivre les JO au Trocadéro à Paris. A droite, Jackson Richardson lors d'un match à Tokyo. ©M. Errami / AFP
L'entraîneur des Bleus lui ayant préféré Hugo Descat, Melvyn Richardson n'a pas joué le finale des Jeux de Tokyo. Mais le Réunionnais est bel et bien champion olympique. Une histoire de famille : son père, Jackson Richardson, avait glané le bronze à Barcelone en 1992.

Dans la famille Richardson, il y a le père, Jackson, médaillé de bronze aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992. Il y a aussi le fils, Melvyn, médaillé d'or aux Jeux olympiques de Tokyo en 2021, après la victoire des Bleus face au Danemark (25-23). Le premier a participé à quatre Olympiades (1992, 1996, 2000 et 2004), alors que le second vivait aux Japon ses toutes premières. 

Melvyn Richardson JO finale
Melvyn Richardson dans les bras de Nikola Karabatic au terme de la finale gagnée. ©France Télévisions

 

La promesse de l'or olympique

Il y a quelques jours, Jackson Richardson racontait une anecdote chez nos confrères de RTL au sujet d'une interview donnée en 2008, son fils juste à côté de lui : "Le journaliste me demande si je ne regrette pas de ne pas avoir gagné la médaille d'or olympique. Je lui dis que bien sûr, je suis compétiteur, j'ai eu la chance de faire quatre Jeux olympiques, d'être médaille d'or olympique, c'est un rêve."

A 11 ans, Melvyn souffle alors à son père : "un jour, je te ramènerai la médaille olympique." Un rêve prémonitoire et une promesse que ses coéquipiers de l'équipe de France de handball lui ont permis de tenir ce samedi 7 août à Tokyo. Bien qu'il n'était pas titulaire lors de la finale, Melvyn Richardson a remporté l'or olympique que convoitait son père. 

En 1992 aux JO de Barcelone avec le handballeur réunionnais Jackson Richardson
En 1992 aux JO de Barcelone avec le handballeur réunionnais Jackson Richardson (à gauche)

 

Peu de temps de jeu, mais efficace

Ces Jeux de 2021 ont été un peu des montagnes russes pour Melvyn Richardson, avec un peu plus de bas que de hauts. Le 4 juillet, il fait un match d'ouverture tonitruant : sept buts sur sept tentatives, 100% de réussite. Une sacrée performance pour le Réunionnais de 24 ans. Les Bleus s'imposent 33-27. "Heureux de pouvoir vivre les Jeux Olympiques même sans public", l'arrière-droit avait alors expliqué qu'il vivait "un rêve de gosse".

Mais le rêve d'enfant n'est pas aussi doux qu'espéré. Titulaire face à l'Argentine, Melvyn Richardson n'a plus revu le terrain jusqu'à la rencontre face à la Norvège. Une défaite sans conséquence, avant un quart de finale remporté contre à Barheïn, sa dernière sortie officielle sous le maillot de l'équipe de France. La blessure d'Hugo Descat face à la Norvège avait permis de réintégrer l'équipe. Provisoirement seulement, car Hugo Descat a fait son retour en demie face à l'Egypte. 

Champions olympiques

Finalement, les Bleus se sont imposés face au Danemark. Les deux nations s'étaient déjà affrontées en 2016 en finale du tournoi olympique à Rio, les Danois sortant vainqueurs de deux buts (28-26). La revanche est prise à Tokyo : les Bleus s'imposent de deux points (25-23)

Si Melvyn n'y était pas, son palmarès est déjà bien étoffé, alors qu'il vient de signer pour quatre ans au FC Barcelone. Le Réunionnais a remporté le titre de champion d'Europe jeunes en 2014, puis le championnat du monde dans la même catégorie en 2015. Une compétition au cours de laquelle il avait été élu meilleur joueur. 

La première sélection de Melvyn en équipe de France remonte au mois de juin 2017. Il marque son tout premier but lors du dernier match de qualification pour l'Euro 2018. Il a également remporté la ligue des Champions avec son club Montpellier.