JO 2021 : sans Melvyn Richardson, les handballeurs français arrachent leur place en finale

jeux olympiques
L'équipe de France masculine de Handball célèbre sa victoire face à l'Egypte aux JO de Tokyo.
L'équipe de France masculine de Handball célèbre sa victoire face à l'Egypte aux JO de Tokyo. ©Franck FIFE / AFP
L'équipe de France de handball a battu l'Egypte (27-23) au stade national de Yoyogi à Tokyo, au terme d'un match accroché. Le Réunionnais Melvyn Richardson n'a pas joué. Il a fait les frais du retour dans le groupe d'Hugo Descat qui s'était blessé contre la Norvège.

Il sont assurés d'un quatrième médaille en quatre Olympiades d'affillée! Les Bleus se sont qualifiés pour la finale du tournoi olympique, jeudi. "On s'était préparés à un énorme combat, on a beaucoup investi dans ce match, et je crois qu'il était à la hauteur de la qualité de ces deux équipes et du parcours qu'elles ont eu jusque là", a déclaré Guillaume Gille, l'entraineur, après le coup de sifflet final. Un entraineur "fier" de son équipe. 

Contrairement à leurs homologues de l'équipe féminine, hier, face aux Pays-Bas, les Français ont complètement raté leur entame de match. Par conséquent, les Bleus ont couru après le score pendant toute la première période, parvenant tout de même à revenir à égalité à la pause (13 – 13).

Le scenario s'inverse en deuxième période. Les Français font, cette fois, la course en tête, gardant au moins un petit point d'avance. Ils finissent même par mener par trois buts (21-18) à la 16e minute. L'écart est précieux, il rassure sur le chemin vers la finale. A quatre minutes de la fin, il monte même à quatre buts. De quoi marcher dans les pas de leurs prédecesseurs - "les cotauds" puis "les experts" - ont remporté deux médailles d'or (en 2008 et 2012) et une médaille d'argent (en 2016) lors des trois dernières Olympiades.

 

Melvyn Richardson en tribune

Contrairement au quart de finale, Melvyn Richardson n'était pas sur la feuille de match. Hugo Descat a retrouvé sa place dans le groupe, visiblement remis de sa blessure aux adducteurs, aux dépens du Réunnionnais qui n'a de nouveau été que spectateur ce jeudi. A Tokyo, Melvyn Richardson dispute ses premiers Jeux olympiques à 24 ans, mais, ce tournoi olympique, il le vit en dent de scie. 

Meilleur buteur face à l'Argentine en ouverture du tournoi - avec sept buts sur sept tirs, le Réunionnais n'avait plus joué pendant trois matches jusqu'à la rencontre face à la Norvège dimanche. Les Bleus s'étaient alors inclinés lors de ce match sans véritable enjeu puisqu'ils étaient déjà qualifiés pour les quarts de finale. Mardi, le Réunionnais - qui vient de s'engager pour quatre ans avec Barcelone - avait inscrit trois buts sur quatre tentatives, tous à 9 mètres.

Pas d'inquiétude à avoir quant à un éventuel pépin physique pour le fils de Jackson Richardson, ancien joueur de l'équipe de France, natif de Saint-Pierre à La Réunion. "Melvyn va très bien, il a fait d'excellents matchs quand on l'a utilisé, et on est ravis de l'avoir avec nous", confirme Guillaume Gille. Une chose est sûr le joueur réunionnais a d'ores et déjà fait mieux que son père qui avait remporté la médaille de bronze aux Jeux olympique de Barcelone en 1992. 

En 1992 aux JO de Barcelone avec le handballeur réunionnais Jackson Richardson
En 1992 aux JO de Barcelone avec le handballeur réunionnais Jackson Richardson (à gauche)