outre-mer
territoire

Koniambo Nickel : performance mitigée pour Glencore en Nouvelle-Calédonie

chronique économique
KONIAMBO
Usine du Nord - Koniambo Nickel (KNS) - Nouvelle-Calédonie ©Alain Jeannin
Glencore est le géant mondial du négoce des matières premières et des ressources naturelles. Son rapport financier 2019 enregistre une baisse de la production de nickel de la grande usine du Nord en Nouvelle-Calédonie.
 
En 2019, la production mondiale de Glencore est en baisse de 3 %. La multinationale basée en Suisse a livré 120.600 tonnes de nickel contre 123.800 tonnes en 2018. Des opérations de maintenance, et une panne survenue dans la chaine de production du site industriel du Koniambo, expliquent cette performance en légère baisse.

Contexte
Le cours mondial du nickel a été en moyenne de 13.944 dollars la tonne contre 13.118 dollars en 2018, soit une hausse de 6 %. Le nickel, métal de l’acier inoxydable a trouvé un fort potentiel de croissance avec le marché des batteries pour les véhicules électriques. La Bourse mondiale des métaux de Londres devrait adopter en 2022 une règlementation plus stricte sur l’origine et la traçabilité des métaux industriels. « Elle va profiter aux producteurs respectant les droits humains et les normes environnementales, comme la Nouvelle-Calédonie » a indiqué Matthew Chamberlain, le directeur général de la Bourse des métaux de Londres (LME). Glencore a rejoint l’initiative pour la transparence des industries extractives (EITI).

Koniambo
Dans son rapport financier 2019 publié cette semaine, Glencore précise que la légère baisse de ses performances dans le nickel "reflète principalement un certain nombre d’arrêts de maintenance de l’usine du Nord, y compris une panne de grue (crane failure)". Glencore précise que la production de nickel du grand site industriel du Koniambo a été de 23.700 tonnes en 2019 contre 28.300 tonnes en 2018, la baisse est de 16 %.

Production de nickel du Koniambo (KNS) par trimestre 2019
T1=5.000 tonnes T2=5.200 tonnes T3=7.000 tonnes T4=6.500 tonnes


Glencore relativise ses résultats en Nouvelle-Calédonie en insistant sur le fait que les difficultés rencontrées par KNS se situent principalement au premier semestre 2019 (production de 10.200 tonnes) alors que la production au second semestre est en hausse de 32 % (13.500 tonnes). Le chiffre d’affaires consolidé de la branche nickel se situe à 639 millions de dollars, en hausse de 1 % au niveau mondial. Glencore conclut son rapport financier en isolant la part spécifique de production de nickel (60.300 tonnes) par ses sites intégrés (INO) en Australie et en Nouvelle-Calédonie. Une production qui a été "comparable à 2018", en raison de la croissance de production du site de Murrin Murrin en Australie qui compense en partie la légère baisse du Koniambo en Nouvelle-Calédonie. Joint par Outre-mer la 1ere, la direction de la communication de Glencore en Suisse n'a pas souhaité commenter ces résultats.

L'usine du Nord
Koniambo Nickel (KNS) est une co-entreprise dont le capital est détenu à 51% par la SMSP calédonienne et à 49% par Glencore. KNS gère la montée en puissance et l’exploitation de l’usine métallurgique du Nord d’une capacité nominale de 60.000 tonnes par an, ainsi que l’activité minière sur le massif du Koniambo situé en province Nord, entre Voh et Koné. Le minerai extrait du massif est directement acheminé à l’usine par un convoyeur long de 11 km. L’usine métallurgique ainsi que l’activité minière comptent au total 1.605 emplois directs et indirects (dont 1.093 salariés). [Chiffres décembre 2018].

Cours du nickel à trois mois au LME de Londres à 15H50 GMT le 07/02/20  : 12.822 dollars par tonne (5,81 $/Ib) - 2,19 %. Peformance sur 5 jours + 0,33 %.