L'Assemblée nationale adopte le budget Outre-mer 2021

politique
Assemblée nationale
ERIC FEFERBERG / AFP ©ERIC FEFERBERG / AFP
Après avoir été reporté à deux reprises et suscité l'agacement de certains députés ultramarins dans l'incapacité d'y assister, le budget des Outre-mer a finalement été adopté ce jeudi 5 novembre. Il s'élève à quelque 2,43 milliards d'euros, en augmentation de 2,5% par rapport à 2020. 
Le budget des Outre-mer a été adopté ce jeudi 5 novembre à l'Assemblée nationale. Il "augmente sensiblement" de 6,4% en autorisation d'engagement à 2,79 milliards et de 2,5% en crédits de paiement à 2,43 milliards, par rapport à 2020, a déclaré le ministre des Outre-mer. L'an passé le budget du ministère des Outre-mer pour 2020 s'élevait à quelque 2,5 milliards d'euros, en baisse de 100 millions d'euros par rapport à 2019, notamment en raison de crédits non consommés.

Sébastien Lecornu à néanmoins rappelé que ce budget ne représente qu'"une petite partie du budget de l'Etat consacré aux Outre-mer", puisque la politique pour l'Outre-mer "s'étend sur 31 missions et 94 programmes pour un montant de quelque 19 milliards".

#Soutien aux entreprises

Une grande part du budget du ministère des Outre-mer est consacrée à l'emploi et au soutien des entreprises ultramarines, via les compensations des exonérations de charges sociales patronales, en augmentation (+97 M EUR).

#Accompagnement des communes

Un amendement du gouvernement, doté de 30 M EUR sur trois ans, a été adopté pour accompagner les communes en difficultés financières qui s'engageront, sur la base du volontariat, à des efforts de redressement. "C'est une bonne nouvelle et nous devons nous en réjouir", a notamment commenté Olivier Serva, député LREM de Guadeloupe et rapporteur spécial de la commission des finances, de l'économie générale et du contôle budgétaire. 

#Obsèques d'un parent 

Un autre amendement gouvernemental adopté a élargi l'aide à la continuité territoriale accordée aux ultramarins pour se rendre aux obsèques d'un parent. Désormais elle s'appliquera aussi pour se rendre au chevet du parent avant le décès, et sera accordée aux frères et soeurs. A la demande du député LFI Jean-Hugues Ratenon (La Réunion), elle ne concernera pas seulement les déplacements entre les Outre-mer et la métropole, mais aussi les déplacements entre territoires ultramarins.   
 

#Construction et rénovation de logements

225 M EUR seront consacrés à la construction et la rénovation de logements, en particulier pour les établissements publics fonciers de Mayotte et de Guyane, la construction d'écoles à Mayotte et en Guyane ou d'un lycée à Wallis-et-Futuna. Mais le logement est en baisse en crédits de paiement, du fait d'une "sous-consommation" de ces crédits, liée pour partie à un manque d'ingénierie locale.
 

#Plan de relance Outre-mer

À ce budget s'ajoutent au moins 1,5 milliards d'euros pour le plan de relance Outre-mer, dont environ 500 M de mesures sociales, 50 M pour l'eau et l'assainissement à Mayotte et en Guadeloupe, 50 M pour le plan Séisme Antilles, 80 M pour la transformation agricole et, 60 M pour garantir les pertes de recettes fiscales des collectivités.
 

#Réactions 

"L'heure est à la déception", pour Philippe Naillet (PS, La Réunion). "Les légères augmentations des crédits ne permettront pas de rattraper les retards structurels", a estimé Nathalie Bassire (LR, La Réunion). Maïna Sage (Agir ensemble, Polynésie) a salué "des crédits stables ou en hausse". 

Regardez le reportage à l'Asssemblée nationale de Serge Masseau, Ismaël Mohamed Ali et Bruno Gabetta :  
©la1ere


La réaction de Max Mathiasin député Modem de Guadeloupe :

©la1ere

 

#Organisation cahotique

L'examen budgétaire des Outre-mer devait se tenir mercredi 4 novembre, mais la veille, l'ordre du jour de l'Assemblée nationale a été modifié. Le débat sur la prolongation de l’état d’urgence sanitaire s’est éternisé et la présidente de séance a annoncé à minuit que le débat outre-mer prévu le lendemain était reporté à samedi.


Cette décision tardive a provoqué l’agacement des députés ultramarins, mais pas seulement, qui avaient fait le déplacement à Paris. "Je veux penser à nos collègues d'Outre-mer qui ont fait 20000 km pour venir ici et qui ne pourront pas débattre de leur budget. Je dis ça parce que d'habitude, les débats ultramarins n'intéressent personne mais ça devrait nous intéresser", a notamment déploré le député UDI de Seine Saint-Denis, Jean-Christophe Lagarde. 

En raison de ces changements, le député LR de La Réunion, David Lorion qui n'a pu assister au débat a exprimé sa colère: "Quel manque de respect, quelle désinvolture à l'égard des députés ultramarins qui doivent organiser à l'avance leur venue en avion en métropole et programmer leurs tests PCR!" Finalement, l'examen a débuté mercredi 4 novembre à 21H30 et s'est poursuivi jeudi 5 novembre avec l'adoption du budget.