L’Association des Pilotes Militaires Réunionnais va construire un Farman F192

histoire
Musée de l'air et de l'espace
Musée de l'air et de l'espace, Le Bourget ©Louis Metivier
1929 : 12 000 km en 24 étapes. C’était la première liaison aérienne entre Paris et La Réunion. 12 000 km que l’Association des Pilotes Militaires Réunionnais (APMR) veut refaire avec la réplique de l’avion original en 2029, pour les cent ans de ce vol.

C’est une première étape qui a été franchie ce mardi 19 octobre avec la signature d’une convention entre le Musée de l’Air et de l’Espace (MAE) et l’association.

"Aujourd’hui, on signe ce partenariat pour accéder au seul Farman F192 qui existe encore, pour construire une réplique et effectuer en 2029, le même vol qu’en 1929", annonce Jean-Marie Perrier, président de l’APMR. Malheureusement, le modèle original a disparu dans un accident en 1930. Le Musée de l’Air et de l’Espace tient donc une pièce exceptionnelle dans ses réserves avec l’unique Farman F192 restant au monde. C’est exactement le même modèle d’avion qui a en 1929, réalisé la première liaison aérienne entre Paris et La Réunion avec à son bord trois pilotes, le capitaine Marcel Goulette, l’adjudant-chef René Marchesseau et le sergent-chef Michel Bourgeois.

Cette convention de partenariat est ainsi "une première" pour le musée, selon sa directrice Anne-Catherine Robert-Hauglustaine. Cela va permettre à l’association de progresser dans un processus qui s’annonce encore long.

Signature convention partenariat MAE
Jean-Marie Perrier, président de l'APMR, et Anne-Catherine Robert-Hauglustaine, directrice du Musée, le 19 octobre 2021. ©Louis Metivier

Un projet ambitieux

"L’association a une grosse ambition, c’est de recréer l’avion qui a rejoint l’île de La Réunion. L’idée, c’est d’avoir accès à ce seul exemplaire", détaille Sébastien Nativel, pilote de chasse originaire de La Réunion et membre de l’APMR. La directrice du MAE ajoute que "c’est une collaboration importante, car on s’engage à mettre tous les éléments documentaires pour refaire cet avion et leur permettre de décoller du Bourget en 2029". Cette convention, c’est un premier pas primordial vers la construction d’une réplique fidèle. Pour le pilote de chasse, "l’intérêt, c’est de faire un scan 3D, pour refaire les plans et construire une réplique", ajoutant que "maintenant, il y a la recherche de partenaires, c’est compliqué, car il faut faire appel à des spécialistes, avoir des finances et ça prend beaucoup de temps, mais 2029, c’est demain !"

Célébrer l’aéronautique

Après avoir célébré en 2013 les 100 ans de la traversée de la Méditerranée, puis en 2018, les 100 ans de la mort de Rolland Garros (pilote originaire de La Réunion), l’Association des Pilotes Militaires de La Réunion continue ses hommages en préparant dès aujourd’hui la reconstruction de cet appareil si important dans l’histoire de l’aviation réunionnaise. Le président de l’APMR précise que "la vocation de l’association, c’est de faire vivre le patrimoine aéronautique Français et Réunionnais. De donner envie aux jeunes de faire de l’aéronautique. (…) Se dire qu’on a une histoire, et pourquoi ne pas la continuer ?" Un projet qui va encore prendre du temps avant de se concrétiser, mais qui semble bien parti pour réaliser ce vol en 2029. Quant à savoir qui va piloter l’appareil, le pilote de chasse répond en plaisantant que "le plus dur sera de déterminer qui va atterrir à La Réunion".

Signature convention partenariat MAE
Sébastien Nativel, pilote de chasse, Jean-Marie Perrier et Anne-Catherine Robert-Hauglustaine, le 19 octobre 2021 au Musée de l'Air et de l'Espace ©Louis Metivier