Le Haut conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge propose un “plan Marshall pour les Drom”

famille
Michel Villac
Le président du Haut conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge est inquiet sur la situation d'accès à l'éducation à Mayotte. ©Pierre Lacombe
Le 16 mars le Haut conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge a publié son rapport annuel sur “la situation des familles dans les départements et régions d’Outre mer : réalités sociales et politiques”. Ce travail propose un constat de la situation des territoires et des pistes pour changer la situation.

"Ce rapport est né d’un constat, explique Michel Villac, président du conseil de la famille, on s’est dit collectivement que l’on travaillait trop sur la Métropole et qu’il est important d’avoir un regard précis sur la situation en Outre-mer.

Le Haut Conseil a donc concentré son étude sur les Antilles, la Guyane, La Réunion et Mayotte. "Il faut un plan Marshall pour ces territoires d’un point de vue économique mais l’accès à la formation est très important en plus du logement. Il n’est pas normal que les prestations familiales soient plus faibles pour des gens dont le niveau de vie est déjà très bas et dont les prix sont supérieurs qu’en métropole.”

 Le premier constat observé par Michel Villac est celui de la “différence du niveau de la qualité de vie par rapport à la métropole. L’écart est de 20% entre pour La Réunion et les Antilles en comparaison de l’Hexagone. Alors que le niveau de vie de Mayotte se situe à 1/7.”

Les enfants sont particulièrement concernés

Le président du Haut conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge alarme d’ailleurs, tout particulièrement sur la situation à Mayotte : “Compte tenu de la croissance rapide et du nombre d'enfants, l’offre scolaire n’arrive pas à suivre. Il n’y a donc pas assez de places à l’école et par conséquent pas le même traitement des jeunes selon la situation administrative des parents sur le territoire. Certains enfants n’ont pas accès à l’école et il y a des risques que des situations s’enkystent. Pour la Guyane ajoute-t-il, c’est la possibilité pour des enfants d’accéder à une école de proximité qui est compliqué.”

Pour l’organisme : “Les deux impératifs de ce rapport sont la scolarisation pour tous et que tous les élèves puissent avoir accès à un repas chaud.” A Mayotte et en Guyane, note encore le rapport "les écarts sont peu compatibles avec les enjeux d’égalité entre les citoyens que s’est fixé notre République. Cette situation ne peut rester en l’état."

À l’opposé des enfants, le rapport pointe aussi le vieillissement des populations dans certains départements. Il y a "8,5 personnes âgées pour 10 jeunes en Martinique (8 en métropole), 7 pour 10 en Guadeloupe", constate ainsi le Haut conseil la famille.

Plus généralement, le rapport insiste sur la nécessité de résorber cet écart "considérable" entre les outremers et l’Hexagone. Sous peine de nourrir "le débat récurrent sur des relations de type néocolonialiste avec la métropole, avec des niveaux élevés de délinquance, une forte insécurité et des risques d'explosions sociales régulières, comme on en a encore observé récemment" assure encore ce dossier.

Ce rapport sera remis aux différents responsables politiques des territoires, car pour Michel Villac il faut : “ramener la situation des habitants de ces départements au même niveau que la métropole pour répondre au principe d’égalité républicaine."