Le sprinteur jamaïcain Kemar Bailey-Cole a contracté le Zika

zika
Kemar Bailey-Cole
Kemar Bailey-Cole ©ADRIAN DENNIS / AFP
Le sprinteur jamaïcain Kemar Bailey-Cole, cahmpion du monde en 2013 sur 4x100m a contracté le virus Zika, ce qui ne l'empêchera pas de participer aux sélections olympiques jamaïcaines pour les JO-2016 de Rio la semaine prochaine.
"Se remettre n'est pas facile, j'ai des démangeaisons, mes yeux me font mal, mais ce qui est bien, c'est que je n'ai aucune douleur musculaire", a expliqué Bailey-Cole au quotidien The Gleaner.
 

"Une bosse dans le cou"

"Je vais participer aux sélections (à partir de jeudi à Kingston, NDLR) en me disant que je suis en bonne santé et prêt", a-t-il insisté.
"Je ne savais pas que j'avais le Zika jusqu'à ce que j'aille chez le coiffeur et que ma fiancée se rende compte que j'avais une bosse dans le cou", a expliqué le champion du Commonwealth 2014 du 100 m.
"J'avais mal au dos, des douleurs musculaires, mais je croyais que c'était dû à mes entraînements", a-t-il poursuivi.
 
 

Certains sportifs préfèrent renoncer aux jeux par crainte du Zika

Bailey-Cole, 24 ans, a remporté le titre olympique en 2012, il était remplaçant pour la finale) et le titre mondial 2013 avec le relais 4 x 100 m jamaïcain emmené par la star Usain Bolt.
La crainte du Zika qui sévit actuellement au Brésil a conduit plusieurs sportifs, comme le golfeur Rory McIlroy et le coureur cycliste Tejay van Garderen à renoncer aux jeux Olympiques 2016 de Rio (5-21 août).

Pas de symptômes dans 80% des cas

La majorité des victmes du virus zika (80%) de présentent pas de symptômes. Et lorsque ces derniers apparaissent, ils sont le plus souvent bénins. Seuls de très rares cas de complication entraînent des séquelles neurologies ou des malformations à la naissance lorsque le virus est contracté par des femmes enceintes.

Le virus Zika est transmis par le moustique Aedes aegypti. Le Brésil est le pays le plus touché au monde par le virus, avec environ un million et demi de personnes contaminées depuis 2015. Une soixantaine de pays sont touchés dans le monde.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live