outre-mer
territoire

Les cours du nickel évoluent en dents de scie mais les Philippines sont prises au sérieux

nickel
Trader Nickel Londres Alain Jeannin
Séance de cotation du nickel au London Metal Exchange ©Alain Jeannin
Le département philippin des Ressources naturelles recommande la suspension d’activité de 20 nouvelles mines de nickel. Une dizaine était déjà à l'arrêt. À la bourse des métaux de Londres, les cours du nickel jouent au yo-yo mais les Philippines pourraient finalement peser plus que prévu.
Les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Lundi, la bourse des métaux de Londres suivait une analyse pessimiste pour le nickel de la banque américaine Citi. Celle-ci n’envisageait pas plus de quatre suspensions de mines aux Philippines. Et les cours du métal passaient sous la barre des 15.000 dollars la tonne. Mardi en milieu de matinée à Londres, et alors que les cours du nickel étaient encore en baisse, la bonne nouvelle venue de Manille a rapidement inversé la tendance. Le nickel est reparti en hausse. Car finalement, ce sont 20 mines supplémentaires qui sont menacées de devoir interrompre leur production. Si tel était le cas, alors la donne concernant l’offre mondiale changerait du tout au tout.

Menaces sur les compagnies minières

Les sociétés concernées disposent d’une semaine pour se mettre en conformité avec la législation environnementale et sociale. Cette incertitude supplémentaire explique la baisse des cours du métal, en milieu d’après-midi, après un plus haut à 10.800 dollars. 
" Au total, 30 mines sont sous revue. Elles représentent 55 % des 32 millions de tonnes de minerai de nickel produits aux Philippines l'année dernière", a déclaré Leo Jasareno, sous-secrétaire d'agence de l'environnement des Philippines au Metal Bulletin de Londres. Pollution de l'eau et autres dommages environnementaux sont mis en avant par le gouvernement pour expliquer sa bataille contre les sociétés minières. Mais pas seulement, la question salariale est aussi sur la table. 

La liste des principales mines de nickel dont l’exploitation est suspendue devrait donc s’allonger. Il s’agit pour le moment de Zambales Diversified Metals, Benguetcorp Nickel, Nickel Asia Manicani, Berong Nickel, Mineral Claver, Emir Mineral, Mt Sinai et Eramen. En juillet, le plus grand producteur minier du pays, Nickel Asia, a volontairement interrompu les livraisons de minerai de l’île de Manicani, estimées à 1 million de tonnes de minerai à faible teneur.

Cours du nickel au LME mardi 27 septembre
m
atin 10.200 $ midi 10.800 $ soir 10.600 $ + 1,22 %


Les prix du minerai de nickel sont en hausse d'environ 32 % depuis le début du mois de juin, date à laquelle le Président philippin Rodrigo Duterte a accusé le secteur minier de pollution massive. « La volonté de suspendre autant de mines de nickel est une donnée capitale pour le marché » indique Eugen Weinberg, responsable des matières premières à la Commerzbank AG. « Si les fermetures concernent au total 20 ou 30 mines de nickel, les prix du métal pourraient se trouver propulsés à 11,000 dollars la tonne ».
Lundi, une étude la banque Citi montrait, au contraire, que l'impact de la fermeture des mines aux Philippines ne serait pas assez important pour justifier un sentiment haussier sur le cours du nickel. Il faudra donc attendre une semaine, le délai accordé aux 20 producteurs miniers pour se mettre ou pas en conformité.
 
À la bourse de Manilles mardi, les valeurs boursières des sociétés minières des Philippines se sont effondrées. Marcventures Holdings Inc était en baisse de 17 %, Benguet Corp chutait de 8,2% et Lepanto Consolited Mining Co de 13%.