publicité

La Martiniquaise Marie Françoise Marie-Nelly, nouvelle directrice des opérations de la Banque mondiale en Afrique australe [Interview]

Marie Françoise Marie-Nelly a été nommée à la mi-septembre directrice des opérations de la Banque mondiale en Afrique australe. Originaire du François en Martinique, elle est basée à Pretoria. Outre l'Afrique du Sud, elle gère le Botswana, le Lesotho, la Namibie et l'Eswatini (ex-Swaziland).

Marie Françoise Marie-Nelly (Banque mondiale) © hdptcar
© hdptcar Marie Françoise Marie-Nelly (Banque mondiale)
  • Par Thierry Belmont
  • Publié le , mis à jour le
Sa réussite professionnelle, elle le doit à son travail. Son secteur d’activité la passionne. Marie Françoise Marie-Nelly souhaite aussi être un exemple pour les jeunes d’Outre-mer et d’ailleurs. C’est une fonceuse. On la sent déterminée. A peine rentrée de Washington, ou est basée le siège de la Banque mondiale, Marie Françoise Marie-Nelly est prête à s’envoler pour l’Afrique du Sud. De passage à Paris, elle nous explique que son bureau est maintenant basé à Pretoria, la capitale administrative. Son travail, organiser la stratégie d’engagement de l’institution financière internationale dans la région.

Marie Françoise Marie-Nelly à la Banque mondiale. En quoi consiste son travail?

 

 

Dans tous les pays où elle a travaillé, Marie Françoise s’est entourée de jeunes. Que ce soit en au Moyen-Orient, au Maghreb à Malte et maintenant en Afrique australe, elle encourage la jeune génération. Les jeunes diplômés lui demandent parfois des conseils ou des stages. Elle transmet. Elle facilite quand c’est possible, et toujours au mérite, elle y tient. Il faut d’abord être bien formé, à son exemple. Son curriculum vitae est d’ailleurs impressionnant. En 1978, elle est diplômée de l’École supérieure de commerce de Nantes, en 1982 elle devient aussi expert-comptable.  

En 1986, Marie Françoise Marie-Nelly a aussi un Master en Accounting and Management Information Systems de l’université de Bowling Green dans l’Ohio (Etats-Unis). Elle a également suivi différents programmes de management à l’Université d’Harvard. Les ambitieux ont donc un modèle à suivre. De plus en plus de jeunes Antillais sont tentés par une carrière à l’international. Marie Françoise donne généreusement les clefs pour réussir. « Il faut maîtriser les langues, s’ouvrir aux nouvelles technologies, être curieux et endurant (…) » En clair, il n’y a pas de réussite sans gros effort !

Elle s'intéresse aux jeunes

 

 

Marie Françoise Marie-Nelly le dit aisément, elle ne se destinait pas à une carrière à la Banque Mondiale. « Après mes études, j’espérais entrer soit dans une entreprise américaine ou dans une entreprise française aux Etats-Unis. » Elle partira finalement pour l’Afrique, pour le compte de l’Union européenne afin de mettre en place l'Institut supérieur de gestion au Burundi. « Au début des années 70 l’élite a été décimé lors des crises internes, (…) il fallait reconstituer cette capacité managériale ». Elle aide donc à la réforme des entreprises publiques et à la privatisation au Burundi et au Togo.

Au bout de deux années, la Martiniquaise est repérée par les cadres de la Banque mondiale. Une première proposition de travail. Elle refuse. La seconde fois, elle accepte. « Dans l’idée de me faire un carnet d’adresse. » son investissement au sein de l’institution dure depuis 26 ans. Marie Françoise Marie-Nelly sait qu’elle a été recrutée pour ses compétences professionnelles et son petit « plus » français et antillais, caractéristiques non négligeable.
 

Française et Antillaise, un avantage


Marie Françoise Marie-Nelly n’a pas eu d’enfants. Mais elle se console au sein de sa grande famille. Issue d’une famille de onze enfants, elle a de nombreux neveux et nièces. Cette acharnée de travail avoue n’avoir que très peu de temps pour elle, un peu de sport, de la natation, de la marche. Juste assez pour trouver son équilibre.
 

Sur le même thème

  • Portrait

    Paulette Nardal, l'architecte oubliée de la négritude

    Samedi 31 août, la ville de Paris a honoré les sœurs Paulette et Jane Nardal en donnant leurs noms à une rue du XIVème arrondissement. Première femme noire inscrite à la Sorbonne, à Paris, Paulette Nardal, née en Martinique, était installée à Clamart dans les années 1920. Là, elle a fondé La revue du Monde Noir et y a reçu ses amis Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor. Dans cet appartement, que l'Histoire a oublié, serait né le concept de "négritude". Paulette Nardal en est l'instigatrice méconnue. La1ère.fr fait sortir de l'ombre cette femme de lettres, le temps d'un portrait.

  • Portrait

    "Human World Inside" : la Guadeloupe à travers les yeux de la pâtissière Fabienne Youyoutte

    La surdouée de la pâtisserie, Fabienne Youyoutte a ouvert sa cuisine à Nicolas Debru, réalisateur de web séries, pour le tournage de "Gwada Inside". Après Marseille et Moscou, il fait découvrir la Guadeloupe à travers les yeux de 10 personnalités locales. 
    17 Août
  • Portrait

    Le rêve Canadien (1/3) : Pascal Bafau-Bruné du Village Chinois en Guyane...à Montréal

    Le rêve Canadien, pour Pascal Bafau-Bruné. Ce Guyanais âgé de 32 ans, vit et travaille à Montréal au Canada. Le Canada est la destination phare du moment, les candidats à l’immigration sont de plus en plus nombreux. Pascal fait partie de ceux-là, jusqu’à présent la chance lui sourit.
    10 Août
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play