Martinique : des journalistes visés par des coups de feu

violence
Nuit de violence en Martinique
Nuit de violence en Martinique ©LOIC VENANCE / AFP
Quatre journalistes ont été visés par des coups de feu dans la nuit de jeudi à vendredi dans un quartier de Fort-de-France, alors qu'ils couvraient les violences urbaines qui agitent l'île depuis quelques jours. Les journalistes, qui ont pu se réfugier dans leur voiture, n'ont pas été blessés.

Quatre journalistes français ont été visés par des coups de feu de la part d'individus à moto dans la nuit de jeudi à vendredi dans un quartier de Fort-de-France alors qu'ils couvraient les violences urbaines nocturnes dans l'île. Les journalistes ont essuyé trois tirs dans une rue désertée en raison du couvre-feu strict, de 19h à 5h, décrété jeudi soir. Des hommes sur deux motos ont tiré sur les journalistes qui étaient en train de filmer et prendre des photos à bonne distance d'un barrage en feu. 

Le photographe de l'AFP, Loïc Venance, deux journalistes de BFMTV/RMC Sport, Maureen Lehoux et Julien Taureau, et un photojournaliste d'Abaca Press, Raphaël Lafargue n'ont pas été blessés et ont eu juste le temps de monter à bord de leur véhicule et de quitter précipitamment les lieux. Les individus casqués ne les ont pas suivis.

"On est sortis de la voiture pour filmer le barrage de loin. On était près du canal Levassor, tout proche du port de plaisance, un endroit plutôt calme ces derniers jours. On était seuls. J'ai vu deux motos s'arrêter. J'ai crié : '"Putain y a les
motos !'",
a raconté Loïc Venance. Les journalistes avaient eu écho que des hommes à moto armés venaient provoquer les forces de l'ordre lors des violences nocturnes.

"Au moment de monter dans la voiture, il y a eu un premier tir. Puis deux autres tirs avant qu'on file"

Julien Taureau, journaliste chez BFMTV/RMC Sport.


 

"Atmosphère très pesante"


"Ca faisait une heure et demie qu'on tournait dans la ville pour témoigner des violences. On a croisé énormément de policiers qui nous disaient de rentrer. Ils étaient hyper tendus. On s'est dit : c'est hyper calme, c'est pas normal'", a rapporté le photographe de l'AFP. "C'était vraiment une nuit pas comme les autres, notre troisième nuit d'affilée. Là, la ville était vide et l'atmosphère très pesante", se souvient Maureen Lehoux. La Martinique est en proie à des violences nocturnes urbaines depuis l'appel à la grève générale lancé lundi par l'intersyndicale, pour protester notamment contre l'obligation vaccinale.

Plusieurs policiers ont été la cible de tirs depuis lundi, blessant légèrement nombre d'entre eux. La sécurité a été renforcée en amont de la nuit de jeudi à vendredi, "avec un dispositif plus mobile et plus nombreux pour cibler les points les plus difficiles", selon la préfecture.

"Inacceptable"

Les coups de feu ayant visé des journalistes sont "totalement inacceptables", s'est ému sur BFMTV le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. "Je veux leur rendre hommage, on ne peut pas accepter en France (...) que des journalistes soient pris pour cible quand ils font leur travail, quand ils se retrouvent à essuyer des tirs à balle réelle. C'est totalement inacceptable (...) Évidemment fermeté absolue face à ces situations", a-t-il commenté.

Le secrétaire général de Reporters Sans Frontières (RSF) a demandé que les journalistes soient davantage "protégés". "Il est tragique de constater que des journalistes sont des cibles sur le territoire national, comme ils peuvent l'être sur des terrains de guerre. Continuons comme ça et cela va très mal finir", a déclaré Christophe Deloire à l'AFP. "Les enjeux sur l'île sont sécuritaires, sanitaires, sociaux et économiques, et dorénavant liés à la protection des journalistes. Ces derniers doivent être protégés afin de remplir leur fonction sociale d'informer. La meilleure protection, ce sera l'arrestation rapide et la condamnation des auteurs", a-t-il ajouté.

Le Syndicat national des journalistes (SNJ) a lui aussi condamné ces tirs, qualifiés "d'inadmissibles" : "ne banalisons surtout pas ces violences et intimidations. Quelle sera l'étape suivante ?", s'est-il interrogé sur Twitter.