outre-mer
territoire

À​​​​​​​ Mayotte, après un an de séismes, la population a toujours peur mais s'habitue

séisme
decryptage seismes mayotte
Depuis un an, des tremblements de terre à répétition perturbent la vie des habitants de Mayotte, plongeant encore certains d'entre eux dans l'angoisse, même si d'autres ont fini par s'habituer à ce phénomène nouveau qui mobilisent les scientifiques.
 
Les enfants de Katty sont "traumatisés" depuis qu'un fort tremblement en juin a fait tomber le climatiseur de la maison où ils se trouvaient, causant l'incendie d'une partie de cette habitation de l'ouest de l'île, a affirmé dimanche la mère à l'AFP. Samaouia, une sexagénaire, redoute toujours les secousses qui la réveillent. "Ça vient toujours la nuit. La maison, la cuisine, tout bouge. (...) J'ai peur mais je m'en remets à Dieu", a-t-elle affirmé en shimaoré, assise en face de sa case de béton et tôle, située dans le sud. 
 

Plus de 1.800 secousses en un an    

Cette sismicité nouvelle pour le 101ème département français est d'origine volcanique (avec une composante tectonique), ont estimé les experts. Contrairement aux séismes ponctuels suivis de répliques, elle est constituée de tremblements de magnitude plus ou moins équivalente sur des temps resserrés. Ces secousses se produisent à un rythme quotidien, nuit et jour. Depuis le 10 mai 2018, date de début de ce phénomène "en essaim", Mayotte a subi plus de 1.800 secousses de magnitude supérieure ou égale à 3,5, selon le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM). La plus forte jamais recensée dans l'île a été enregistrée à 5,8.
Séismes Mayotte
Cartographie d'essaim de séismes à Mayotte. ©Said Hachim
    
Rien qu'en avril, l'île a été touchée par plus de 130 séismes de ce type, soit environ quatre par jour, dont les épicentres se situent entre 30 et 50 km à l'est de Mamoudzou. Certains se sont familiarisés avec le phénomène : "Maintenant, on a l'habitude, on vit avec", souligne Mariame, voisine de Samaouia. "Je pense que maintenant (...) la population est complètement acculturée" au phénomène, a estimé Etienne Guillet, directeur de cabinet de la préfecture, avant la période de réserve pré-électorale.
    

Aucune victime pour le moment

Au début des séismes, une partie des habitants avait préféré dormir dehors durant plusieurs semaines. Ces secousses n'ont pour l'instant fait aucune victime. L'essentiel des dégâts matériels porte sur des "bâtis pas bien construits", a expliqué le directeur de cabinet, alors que l'auto-construction est très pratiquée à Mayotte et les habitats peu assurés. 
    
"Rien d'inquiétant, rien de dramatique", a résumé Etienne Guillet, rappelant que la zone était classée en sismicité "modérée". Mais si les dégâts sont "assez limités (...), ça ne veut pas dire que ce n'est rien et qu'il n'y aura rien", a-t-il souligné.
 

Comprendre les "mécanismes"

A ce jour, quatre dossiers de demande de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle ont été déposées par des communes auprès de la commission dédiée, a-t-il précisé. Ces demandes sont toujours en cours d'instruction car "autant les séismes ponctuels sont bien connus (...), autant la commission n'a pas eu encore à se prononcer sur un essaim", a ajouté le directeur de cabinet. Par ailleurs, peu d'outils de sensibilisation de la population sont disponibles, en raison de la méconnaissance de ce phénomène.

Cumulées, les énergies libérées par l'ensemble des séismes depuis le début correspondent à un tremblement de terre "de magnitude 6,4 ou 6,3" en "one shot", a précisé le directeur de cabinet. Sur place, les scientifiques tentent toujours de comprendre "les mécanismes" à l'origine de l'essaim de séismes. Une équipe de scientifiques français est actuellement au large de l'île pour récupérer six sismomètres déployés en mer en février entre 1.600 et 3.600 mètres de profondeur, sous l'égide du CNRS. 
Ces chercheurs essaient également d'acquérir des images des fonds océaniques dans la zone où se produisent les séismes ainsi que de détecter "d'éventuelles sorties de fluides ou de gaz", a précisé la préfecture. En janvier, des poissons de grande profondeur ont été retrouvés morts à la surface de l'eau au large de Mayotte, laissant envisager un lien avec la faille sismique à l'origine de l'essaim.
    
Le gouvernement a indiqué que le nouveau délégué interministériel aux risques majeurs outre-mer, prochainement nommé, devra notamment piloter "l'amélioration de la connaissance et de la préparation face aux séismes" mahorais.

Pour en savoir plus sur ces essaims de séismes à Mayotte, regardez le décryptage d'Albane Lussien : 
 
Publicité