outre-mer
territoire

A Mayotte, un léger fléchissement des naissances

demographie
Insee naissances
©AMELIE-BENOIST / BSIP
Le nombre d'enfants nés de parents résidant à Mayotte a légèrement baissé, a dévoilé mercredi l'Insee dans un rapport, alors que ce département d'outre-mer situé dans l'océan indien demeure le plus jeune de France.
 
Quelque 9.590 enfants dont les parents résident à Mayotte sont nés en 2018, contre 9.762 en 2017 (-1,8%), "année record", a rappelé le directeur régional de l'Insee, Jamel Mekkaoui, alors que l'île compte, selon le dernier recensement de 2017, 256.000 habitants dont 70% ont moins de 25 ans, ce qui en fait le département le plus jeune de France

Ce fléchissement est porté d'abord par les mères de nationalité française (-4%), mais également par les mères de nationalité comorienne (-1%). Celles-ci représentent la majorité des mères de l'île: 70 % des bébés nés en 2018 et dont les parents sont résidents à Mayotte ont une mère comorienne. 
 

Une mortalité infantile élevée

Mais, au total, 55 % des nouveau-nés ont au moins un parent français, une proportion en baisse par rapport à 2016 et 2017 (58 %) et surtout 2014 (72 %), qui s'explique par la forte augmentation de la population étrangère (48 % de la population à Mayotte est de nationalité étrangère, principalement comorienne), mais aussi par des sanctions plus sévères des tribunaux pour les reconnaissances de complaisance.
 

"Il y a visiblement une défiance sur la qualité de service et la crédibilité du Centre hospitalier de Mayotte"
-- Jamel Mekkaoui, directeur régional de l'Insee


L'enquête de l'Insee met en outre en évidence le nombre de plus en plus important de femmes domiciliées à Mayotte qui vont accoucher à La Réunion ou en métropole: elles étaient 325 en 2018 dans cette situation, soit 2,5 fois plus qu'en 2014. Cela ne représente que 3 % des naissances de l'année, mais 11 % des naissances de mères de nationalité française domiciliées à Mayotte.

"Il y a visiblement une défiance sur la qualité de service et la crédibilité du Centre hospitalier de Mayotte", a fait valoir Jamel Mekkaoui. Si le nombre de décès (758) est limité et le taux de mortalité est trois fois plus faible que dans l'Hexagone, il s'explique avant tout par la jeunesse de la population de Mayotte. La mortalité infantile est toutefois trois fois plus élevée avec 10 enfants sur 1.000 qui n'atteignent pas l'âge d'un an.
 
Publicité