publicité

Mayotte : « Nous avons un problème à plus long terme », estime la ministre des Outre-mer George Pau-Langevin

Invitée du journal du soir de France Ô - Outre-mer 1ere, ce mardi, la ministre des Outre-mer George Pau-Langevin a reconnu l’urgence de la situation à Mayotte, et notamment le problème à long terme qui est celui des jeunes. 

La ministre des Outre-mer George Pau-Langevin sur le plateau du journal du soir de France Ô - Outre-mer 1ere, mardi 12 avril 2016. © Outre-mer 1ere
© Outre-mer 1ere La ministre des Outre-mer George Pau-Langevin sur le plateau du journal du soir de France Ô - Outre-mer 1ere, mardi 12 avril 2016.
  • Par Philippe Triay
  • Publié le , mis à jour le
« C’est une situation inédite », a reconnu la ministre des Outre-mer George Pau-Langevin, interrogée au journal du soir de France Ô - Outre-mer 1ere, au 14e jour de grève générale à Mayotte, émaillée d’incidents violents.  
 
Evoquant la question de la sécurité, la ministre a déclaré que « des renforts sont prévus pour se rendre là-bas. J’ai rendez-vous demain matin à 8h avec le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve pour examiner la situation et définir un plan pour voir comment déployer les forces de l’ordre à Mayotte. »
 

"Une chose après l'autre"

« C’est vrai que nous avons un problème à plus long terme », a également estimé la ministre. « C’est celui de ces jeunes qui sont livrés à eux-mêmes. C’est un problème complexe car un certain nombre de personnes étrangères reconduites à la frontière laissent des enfants à la garde de la famille proche ou éloignée. » La situation du Conseil général ne lui permet pas de prendre en charge ces jeunes, selon George Pau-Langevin, car il n’en a pas les moyens. 

Revenant sur le rôle de l’Etat, la ministre a déclaré que ce dernier « peut bâtir un plan de développement de Mayotte, de rattrapage ». « Il y a tout à faire », a-t-elle admis. « Nous avons le plan Mayotte 2025 avec construction d’écoles, mise en place de l’assainissement. Nous avons prévu environ 300 millions pour ce plan. La volonté est là. Mais il faut faire une chose après l’autre. Par exemple concernant le code du travail, il faut l’appliquer à Mayotte aux entreprises telles qu’elles existent. Quasiment tous les quinze jours vous avez une ordonnance du Conseil des ministres qui instaure à Mayotte une partie du code du travail. » 

"Il faut qu’il y ait rétablissement de l’ordre"

« Je comprends que les gens s’impatientent, mais il faut qu’ils se disent que le code du travail ne va pas sortir de terre cette nuit », a martelé George Pau-Langevin. « Dans un premier temps il faut qu’il y ait rétablissement de l’ordre. Ensuite on va ajuster en fonction de la situation. Vendredi matin les directeurs de cabinet des ministères concernés vont rencontrer les syndicalistes pour faire le point. Et la semaine prochaine, il y aura un retour à Mayotte de la mission du ministère du Travail qui examine ces questions de rattrapage, de cotisations sociales et de retraites. » « Il faut que les élus, les syndicalistes, et les ministères, nous travaillions méthodiquement pour pouvoir répondre aux attentes des Mahorais », a conclu la ministre. 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play