outre-mer
territoire

Mayotte: nouvelles expulsions d'étrangers par des collectifs de villageois

france
mayotte campement place de la République
©ORNELLA LAMBERTI / AFP
De expulsions d'étrangers par des collectifs de villageois ont eu lieu dimanche dans cinq communes, ainsi qu'une manifestation contre l'immigration clandestine dans une sixième commune, a indiqué à l'AFP la préfecture de Mayotte.
Des étrangers, en situation irrégulière ou non, ont été chassés de leur domicile à Mtsangamouji (nord de l'île), Chiconi, Ouangani, Tsingoni (centre) et à Mtsamoudou
(sud).  
 

83 personnes en situation irrégulière ont été reconduites à la frontière

A Kani-Kéli, une manifestation pacifique contre l'immigration clandestine s'est tenue. Les expulsions qui étaient initialement prévues dans cette commune du sud n'ont finalement pas eu lieu, une ordonnance du tribunal administratif datée du 4 juin enjoignant la mairie de l'interdire, suite à une requête déposée par la Cimade, le Groupe d'information et de soutien des immigrés (GISTI) et le Secours Catholique. 
 
Sur l'ensemble de ces six communes, 200 personnes environ ont participé à l'expulsion de 114 personnes et à la marche pacifique pour l'intensification de la lutte contre l'immigration clandestine, selon les chiffres de la préfecture. Sur ces 114 personnes, 83 étaient en situation irrégulière et ont donc été reconduites à la frontière. "Il y a eu six points de fixation contre neuf le week-end dernier et deux bangas (habitations de fortune, ndlr) détruits contre 40 la semaine dernière", a constaté Florence Gilbert-Bezard, la directrice de cabinet de la préfecture de Mayotte.
 
Le 101e département français subit une forte pression migratoire venant des îles voisines des Comores, à 70 km de ses côtes. Depuis janvier, la population locale, exaspérée, n'hésite plus à expulser de leur logement ces personnes, en situation régulière ou non, qu'elle accuse de tous les maux (délinquance, saturation du système de santé et des écoles, etc.)
 
Depuis trois semaines, la place centrale de Mamoudzou (chef-lieu) est occupée par des dizaines de familles délogées qui se sont installées dans des conditions insalubres.

Comment les communautés mahoraises et comoriennes de Marseille vivent-elles ces tensions qui durent depuis plusieurs semaines ? Regardez le reportage de nos confrères de France 3 : 
©la1ere

 

 
Publicité