Mayotte, le pays de la vie chère

consommation
Mamoudzou - Mayotte
Dans quel autre endroit de France un boulanger peut-il vendre sa baguette à 2,50€ ? A Mayotte, certains commerçants peuvent se permettre toutes les extravagances…faute de concurrence. 
En l’occurrence, cette boulangerie se trouve dans un nouveau quartier de Mamoudzou, habité par une population aisée majoritairement d’origine métropolitaine, attachée à son pain croustillant du matin. On y vient même de loin pour acheter plus cher que partout ailleurs. 

Une concurrence très faible caractérise la grande distribution. Point besoin de carte de fidélité dans les supermarchés, elle est inexistante ici. La clientèle est captive de deux enseignes qui peuvent tout se permettre, jusqu’à vendre un jour des tomates à 14,50€ le kilo sans que personne ne trouve à redire. Il n’y a pas de véritable association de consommateurs.

D’autres secteurs sont verrouillés, sans aucune concurrence, comme le transport aérien. Les avions se remplissent et les tarifs s’envolent sans limite lors des vacances scolaires. Un embryon d’association d’usagers a tenté timidement d’agir, avant de se résigner. 

Le port, le fret, les carburants… de monopoles en chasses gardées, toutes les conditions sont réunies pour condamner cette île à subir la cherté de la vie. Quelques pansements ont été appliqués après de graves émeutes en 2011, comme les « boucliers qualité-prix ». Mais Mayotte a du mal à sortir de cette économie de comptoir colonial, héritage  des siècles passés. 
 

La valse des prix fous dans les rayons de Mayotte


Les prix sont élevés à Mayotte. Chacun comprend qu’un produit importé de l’hexagone sera vendu nécessairement plus cher en raison des coûts de transport et de l’octroi de mer, une taxe locale appliquée en lieu et place de la TVA. Mais certains prix pratiqués par la grande distribution donnent parfois le tournis.

Nous avons choisi là quelques exemples où il paraît difficile d’expliquer l’ampleur de l’écart de prix autrement que par des marges bénéficiaires extravagantes. Nous avons volontairement écarté les aliments frais tels les fromages, yaourts ou fruits et légumes nécessitant un fret avion. Nous n’avons pas non plus choisi de produits de luxe. 
 
Surligneur
©Bruno Minas
Quoi de plus banal qu’un surligneur ? Comment expliquer qu’il soit vendu 2,20€ à Mayotte contre 1,50€ dans un supermarché du même groupe et de la même taille, soit 68% plus cher ? 
 
Biscuits Lu
©Bruno Minas
Certains biscuits traditionnels traversent les âges depuis des décennies. Ils traversent aussi les océans…  pour être vendus au double du prix de la métropole !
 
Dentifrice Signal
©Bruno Minas
Pourquoi ce dentifrice est-il vendu deux fois et demi plus cher ? 
 
Gateaux Apéritif TUC
©Bruno Minas
La palme du prix fou toutes catégories reviendra sans doute à ce biscuit apéritif qui prend 292% d’augmentation ! Le prix au kilo en métropole est de 8,13€, à Mayotte 23,80€. Pourquoi a-t-on triplé le prix du produit pour le vendre au consommateur mahorais ?

 
Piles
©Bruno Minas
L’inverse existe aussi, mais c’est nettement plus rare, à l’image de ces mêmes piles vendues moins cher à Mayotte qu’en métropole. 





 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live