Mayotte: qui a acheté les tables et les chaises de l'école de Robin ?

politique
ecole Koungou
©Mayotte 1ere
Après la lettre d'un écolier au président Hollande, la presse s'était émue de la situation des élèves de Koungou à Mayotte. L'Elysée avait annoncé la livraison de mobilier pour l'école, ce qui n'a pas manqué de susciter la colère de la mairie de Koungou. Retour sur les faits.
Quand Robin, un écolier de Mayotte, décide avec son père d'alerter l'Elysée sur les conditions de travail dans sa classe, il ne s'attendait sans doute pas à ce que son courrier prenne une telle ampleur.
 

Acte 1: la lettre

Dans sa lettre, l'écolier décrivait les conditions dans lesquelles lui, comme tous les écoliers de son école de Kongou devaient étudier: à trois sur une table de deux, et par rotations, certains élèves ayant cours le matin quand les autres n'étudient que l'après-midi.

Une lettre postée en février mais qui a connu un succès retentissant sur les réseaux sociaux pendant la grève générale à Mayotte et les manifestations pour l'égalité réelle, fin mars.
 

Acte 2: la réponse de l'Elysée

Le 19 avril, soit plus de deux mois après que le contenu de la lettre a été twitté, l'Elysée répond, toujours sur Twitter et annonce que les chaises et tables sont bien arrivées. Contacté, le père de Robin confirme que plusieurs écoles de Koungou ont été dotées de tables, la livraison des chaises restant encore en suspens. Au total, ce sont 3 000 chaises et tables qui ont été commandées pour les écoles de Koungou.
 
 

Acte 3: les protestations du maire de Koungou

Si ces chaises ont été livrées, ce n'est en aucun cas grâce à Robin, ni à l'Elysée, s'indigne la mairie de Koungou. "C'est le maire de Koungou qui a pris ses responsabilités et qui a décidé d'acheter ces tables et ces chaises", assure dans un reportage de Mayotte 1ere Abdou Baco, directeur général des services à la mairie de Koungou citant le chiffre de 500 000 euros pris sur le budget de la commune.
 
 

Acte 4: les explications de l'Elysée

De son coté, si l'Elysée a effectivement communiqué sur l'arrivée du matériel à l'école, personne ne nie que l'argent provient bien des caisses de la municipalité mahoraise. Mais, affirme-t-on, c'est néanmoins l'Elysée qui a du réactiver le processus, via le vice-rectorat. Ce dernier aurait donc enjoint la mairie de Koungou à passer commande du matériel. Les délais réglementaires étant dépassé, ce même vice-rectorat a ensuite, toujours sur ordre de l'Elysée, accepté de faire une entorse à la règle afin que les écoliers de Koungou, dont le petit Robin, n'aient pas à patienter une année de plus, assis à trois sur des tables de deux.