outre-mer
territoire

Mayotte : La République En Marche apporte son soutien à Ramlati Ali pour le second tour

politique
Castaner Ramlati Ali
Christophe Castaner, délégué général de LREM appelle "à voter en faveur de Ramlati Ali" ©DR
Arrivée en tête au 1er tour de l'élection législative partielle dimanche 18 mars, Ramlati Ali était officiellement jusque là "sans étiquette". Elle a été députée durant sept mois avant l'annulation de son élection par le Conseil constitutionnel. Pourquoi LREM lui apporte son soutien ? Décryptage.

C'est dimanche soir, après la confirmation des résultats du premier tour, qui a placé Ramlati Ali en tête du scrutin avec 36,15% de suffrages, devant le candidat Les Républicains Elad Chakrina, 32,6%, que LREM a publié son communiqué de soutien.

La République En Marche appelle à voter pour Ramlati Ali à l'occasion du second tour afin de permettre à ce territoire de trouver avec l'Etat des solutions d'avenir sur la sécurité, la lutte contre l'immigration clandestine et son développement économique et social"

- Communiqué LREM, 18 mars 2017


Au premier tour du scrutin, Ramlati Ali se présentait officiellement "sans étiquette". Pourtant, avant que son élection de juin 2017 comme députée de Mayotte ne soit annulée le 19 janvier 2018 par le Conseil constitutionnel, elle siégeait au sein du groupe LREM, à l'Assemblée nationale (après avoir fait campagne en juin 2017, investie et soutenue par le parti socialiste).

Mais l'annulation de son élection et surtout sa mise en examen le 14 février pour "Complicité de fraude électorale" avait sans doute incité LREM à prendre ses distances avec Ramlati Ali. Le mouvement d'Emmanuel Macron a en effet fait de l'exemplarité de ses candidats un cheval de bataille, ce qui n'a pas été sans quelques couacs (lire par ici) durant les législatives de juin 2017.

Ramlati Ali avait annoncé son choix

Durant la campagne d'avant premier tour de cette législative partielle, Ramlati Ali avait annoncé que si elle retrouvait son siège à l'Assemblée nationale, elle choisirait de siéger à nouveau au sein de la majorité LREM. Dans l'attente de la suite de la procédure judiciaire en cours pour fraude électorale, elle nie farouchement toute implication dans ce dossier.

Le choix de LREM

Dans son communiqué, LREM n'évoque pas la situation judiciaire de Ramlati Ali, mettant plutôt l'accent sur le fait qu'elle fut "la première femme à représenter Mayotte à l'Assemblée nationale". Autre point mis en avant par LREM, le soutien du Front National à son adversaire du second tour : Elad Chakrina, candidat investi par Les Républicains, a en effet reçu jeudi dernier le soutien surprise de la présidente du Front National Marine Le Pen

Au delà de la situation à Mayotte, il s'agit aussi pour La République En Marche de se mettre éventuellement en position, dimanche prochain, de pouvoir revendiquer une victoire dans une législative partielle. Dimanche 18 mars, dans la 8ème circonscription de Haute-Garonne, le candidat LREM a essuyé une lourde défaite au second tour. Il a été battu par le député socialiste sortant qui a obtenu 70,3%. 

Le communiqué de LREM

Communiqué LREM soutien Ramlati Ali
©LREM

 

Publicité