publicité

Mélenchon en Guyane pour soutenir Davy Rimane avant la législative

Le chef de file des Insoumis Jean-Luc Mélenchon est arrivé lundi en Guyane pour soutenir la candidature à la législative partielle de dimanche de Davy Rimane, l'un des meneurs du printemps guyanais 2017.

© Guyane 1ère
© Guyane 1ère
  • La1ère
  • Publié le , mis à jour le
"La Guyane va être un peu l'épicentre de la vie politique pendant quelques jours", a déclaré Jean-Luc Mélenchon à sa descente d'avion, alors que le délégué général de La République en marche Christophe Castaner mettait fin à un bref séjour dans le département en soutien au député sortant de la 2e circonscription Lénaïck Adam.
Le chef de file des députés LFI doit rester une semaine en Guyane pour soutenir Davy Rimane, syndicaliste de l'Union des travailleurs guyanais (UTG) qui avait été l'un des porte-parole des cinq semaines de blocage de mars-avril 2017 en Guyane. Davy Rimane a été investi par LFI pour la partielle des 4 et 11 mars, alors qu'il s'était présenté sans étiquette en juin.

"C'est un choix qu'on a fait après avoir beaucoup réfléchi. Nous avons décidé de soutenir cet homme parce qu'il nous a semblé qu'il était le mieux placé pour exprimer le renouveau que nous voudrions pour ce pays", a expliqué Jean-Luc Mélenchon. "On a vraiment besoin de lui pour renforcer notre groupe" a-t-il ajouté.


Défendre les régions ultrapériphériques

Deux autres élus LFI, la députée de Paris Danièle Obono et l'eurodéputé Younous Omarjee accompagnent Jean-Luc Mélenchon. "Si Davy est élu, il faudra, avec l'Assemblée nationale et le Parlement européen, qu'on arrive à défendre des positions communes pour les régions ultrapériphériques et pour la Guyane, par exemple, en soutenant les retombées du spatial", a déclaré Younous Omarjee à l'AFP.

Christophe Castaner a pour sa part quitté lundi la Guyane après y être resté trois jours pour soutenir Lénaïck Adam, député bushinengué de 26 ans dont le Conseil constitutionnel a annulé l'élection en raison de l'absence d'assesseur dans deux bureaux de vote, et eu égard au faible écart de voix (56) le séparant de M. Rimane.

François Asselineau, président de l'Union populaire républicaine (UPR), est aussi en Guyane pour défendre la candidature de son candidat, Georges Mignot.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play