Les mesures sanitaires "pas de nature à empêcher" le référendum en Nouvelle-Calédonie, selon le ministre Sébastien Lecornu

référendum nouvelle-calédonie 2020
lecornu MNC
Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, lors d'une visite à la maison de la Nouvelle-Calédonie à Paris le 6 août 2020. ©Outre-mer la 1ère
Les restrictions sanitaires "ne sont pas de nature à empêcher ou ralentir l'organisation" du référendum d'autodétermination du 4 octobre, a affirmé jeudi le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu lors d'une visite à la maison de la Nouvelle-Calédonie à Paris.
"Les mesures de précaution importantes qui ont été prises tant par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie que par les autorités étatiques ne sont pas de nature à empêcher ou ralentir l'organisation du scrutin", a affirmé M. Lecornu, à moins de deux mois du vote.

Au cours d'une semaine consacrée "quasiment intégralement au dossier du référendum en Nouvelle-Calédonie", Sébastien Lecornu a échangé avec les acteurs concernés afin d'établir les modalités du scrutin, notamment au sujet du vote à distance, primordial au vu des mesures sanitaires en vigueur.
 

Instructions

Le ministre a rappelé le principe de "l'impartialité de l'Etat, qui s'assure de la loyauté du scrutin" en tant qu'organisateur. "Des instructions vont être données avec Jean-Yves Le Drian (ministre des Affaires étrangères, ndlr) et Gérald Darmanin (Intérieur, ndlr) à l'ensemble de nos postes diplomatiques et à l'ensemble des commissariats et gendarmeries de France pour qu'ils fonctionnent de façon remarquable : on le doit aux électeurs", a souligné Sébastien Lecornu.

Lors du premier référendum organisé dans le cadre du processus de décolonisation de l'accord de Nouméa (1998) le 4 novembre 2018, les partisans de l'indépendance avaient rassemblé 43,3% des voix.
 

Document à venir

Un document pédagogique visant à éclairer sur les implications juridiques et financières du "Oui" et du "Non" est en cours de préparation dans la perspective du référendum et le ministre a annoncé que le haut-commissaire présent à Nouméa allait "réunir l'ensemble des parties prenantes pour se pencher sur ce document qui dit le droit à l'instant T". Ce document déjà publié lors du premier référendum de 2018, avait pris du retard en raison du changement de gouvernement.

Le ministre des Outre-mer a visité jeudi la Maison de Nouvelle-Calédonie afin de marquer une "présence symbolique" sur le territoire alors que les mesures de quatorzaine sont toujours en vigueur pour les personnes souhaitant se rendre sur le Caillou. La Nouvelle-Calédonie ne compte actuellement aucun patient en réanimation en raison du coronavirus.

Sébastien Lecornu, au micro de Henri Hélie et Emmanuel Morel :
Les Outre-mer en continu
Accéder au live