Métaux : le cuivre flambe, le nickel en légère hausse

nickel
cuivre
Cathodes de cuivre (99,99%) issues du recyclage chez UMICORE à Anvers en Belgique ©Alain Jeannin
Le cours du cuivre s'est envolé sur la semaine (+6 %) alors que la production chilienne pourrait à nouveau être perturbée, entraînant modestement les autres métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME). La Chine poursuit ses efforts contre ses usines de nickel les plus polluantes.
Le cours du cuivre a atteint jeudi 7.348 dollars la tonne, à son plus haut niveau depuis quatre ans et demi, alors qu'une grève pourrait commencer dans la plus grande mine du monde au Chili. L'offre mondiale serait fortement affectée.

Inde et importations chinoises 

Autre facteur de hausse du cuivre, les autorités indiennes ont ordonné lundi la fermeture définitive de la fonderie de cuivre de Sterlite Copper, filiale du géant minier britannique Vedanta, après que des émeutes lors de manifestations réclamant la fermeture de l'usine eurent fait 13 morts la semaine dernière.

Les prix des autres métaux ont peu progressé en fin de semaine sur des prises de bénéfices, et ce, malgré la publication de données positives des douanes chinoises pour le mois de mai.

Le nickel vaut 7 $ la livre

Le nickel valait 15.470 dollars (+0,42 %) la tonne vendredi en soirée. Après avoir atteint 15.845 dollars la veille. Les échanges ont baissé vendredi sur le marché des métaux de Shanghai (SHFE). Parmi les autres informations à retenir, Antam le premier producteur public indonésien a annoncé une hausse de sa production de ferronickel de 10.600 tonnes (+51 %) sur un an rapporte l’analyste Alastair Munro du négociant Marex Spectron à Londres. Enfin, des inspections menées dans des fonderies de nickel (NPI) dans le nord et l’est de la Chine pourraient se traduire par la fermeture des usines les plus polluantes. 5 000 tonnes de fonte de nickel seraient ainsi retirées, chaque mois, du marché chinois.