Miss France 2017 : premiers pas réussis pour les Miss des Outre-mer

miss
Miss France
©LA1ERE
Les 8 miss ultramarines ont brillé lors de l'épreuve des costumes traditionnels. Un moment que les comités régionaux et les familles attendaient avec impatience. Leurs proches se sont confiés à La1ere.fr à quelques heures du concours de beauté qui aura lieu ce soir, à Montpellier.
Les visages tendus, les gestes fébriles, les familles et soutiens des 8 miss ultramarines étaient impatients de pouvoir entrer dans l'Arena Montpellier. Un jour avant la grande élection, celle du sacre de Miss France, c'est l'heure des derniers ajustements et de l'enregistrement du tableau des costumes traditionnels. Une épreuve où les miss des Outre-mer ont l'habitude de briller.
 

"On y croit"

"Je suis tendu, je n'ai pas vu ma fille depuis un mois", confie Gabi Ferrand, le père de Vaea, miss Tahiti. "Elle nous a envoyé quelques nouvelles, elle a beaucoup travaillé, elle est très fatiguée. Le moral est bon, elle a hâte de défiler et de montrer ce qu'elle sait faire, on y croit", ajoute-t-il.
Même son de cloche du côté de la délégation guadeloupéenne. "Morgane n'a pas arrêté. Elle nous a raconté que le niveau d'exigence est très haut. Toutes les concurrentes sont à fond. Elle est très motivée et un peu stressée. Mais sûrement pas autant que nous", témoigne Muriel Thérésine, la mère de la miss Guadeloupe.

Miss Guadeloupe
©Olivier Lancien
"Nous espérons que la robe confectionnée par une grande styliste de notre île fera la différence. C'est une tenue traditionnelle en tissus madras et en dentelle. Mais elle est revisitée : moins longue et un peu plus sexy", se réjouit Fabien Rostal, président du comité Guadeloupe.

"Elle était top"

À l'intérieur de l'immense salle, l'ambiance est électrique. Tous attendent le passage de leur miss pour s'époumoner. Les parents de Vaea lui lancent quelques mots en tahitien et obtiennent un grand sourire en retour. Placée devant la scène, la délégation guadeloupéenne applaudit à tout rompre lorsque Morgane s'avance, même chose pour les Mahorais.
À la sortie, Ludy Langlade, miss Mayotte 2014, a le sourire aux lèvres. Sa candidate, Naïma Madi Mahaladi "a été top, son costume avec des fleurs d'ylang-ylang brodées était magnifique".
 

Forte mobilisation des Ultramarins sur les réseaux sociaux

 Sur internet, les internautes ultramarins soutiennent massivement leur miss, notamment les Polynésiens.

 
 
 



 
 





 
 











"Il faut voter pour notre fille Vaea, même si on n'est pas originaire de chez nous", clame Vaea Ferrand, la maman qui porte le même nom que la miss Tahiti. "On est bien moins nombreux, on compte sur les voix d'autres territoires de métropole. Et bien sûr une grande solidarité des Outre-mer", sourit-elle.

Miss Tahiti
©Facebook Vaea Ferrand

L'élection de la reine de beauté se fait grâce aux votes du public, ce qui handicape les Outre-mer, dont la population est moins nombreuse que dans les régions de l'Hexagone.

Par exemple, il y a 275 000 habitants en Polynésie, 400 000 en Guadeloupe, 2,7 millions pour le Languedoc-Roussillon.
L'année passée, Iris Mittenaere, la miss France 2016, avait été élue grâce à une mobilisation en masse des électeurs du Nord-Pas-de-Calais, région qui compte près de six millions d'habitants,plus de dix fois plus que la Guadeloupe…

Presque 10 ans après la Réunionnaise Valérie Bègue en 2008, une miss des Outre-mer sera-t-elle sacrée miss France 2017 ? Réponse ce soir vers minuit et demi, heure de Paris.