publicité

Mondial de basket : battus par l'Australie, les Bleus rencontreront les Etats-Unis en quarts de finale mercredi

Les basketteurs français, battus ce lundi par l'Australie 100 à 98 pour leur dernier match de groupe, seront contraints à l'exploit en quarts de finale de la Coupe du monde contre les Etats-Unis, mercredi en Chine.

Le Martiniquais Mathias Lessort (à droite) durant le match France Australie, le 09 septembre 2019. © Li Xiang / XINHUA / AFP
© Li Xiang / XINHUA / AFP Le Martiniquais Mathias Lessort (à droite) durant le match France Australie, le 09 septembre 2019.
  • La1ere.fr (avec AFP)
  • Publié le
Même privés de leurs meilleurs joueurs (James Harden, Stephen Curry, LeBron James, Anthony Davies, Damian Lillard), les Américains, qui ont battu les Brésiliens lundi (89-73), sont présents en Chine avec une équipe 100% NBA et restent les grands favoris de la compétition.
           
Les Américains se sont faits une grosse frayeur lors de leur deuxième match du premier tour, en venant à bout de la Turquie après prolongation (93-92), mais montent en puissance depuis, avec notamment deux larges victoires dans la seconde phase de groupe, contre la Grèce du MVP de la NBA Giannis Antetokoumpo (69-53), puis contre le Brésil.
           

Face à l'Australie, dans un match très serré et spectaculaire, les Bleus n'ont pas réussi à se mettre à l'abri du trio des "Boomers" Patty Mills (30 points), Joe Ingles (23) et Aron Baynes (21), alors qu'ils ont créé le seul écart du match, neuf points d'avance au cours du 3e quart-temps (70-61, 28e). Ils ont eu une dernière possession à quatre secondes de la fin du match, alors qu'ils étaient menés 99 à 98, mais n'ont pas réussi à trouver Nando de Colo sur la remise en jeu, laissant la victoire aux Australiens. Les 31 points d'Evan Fournier et les 26 points de Nando de Colo n'auront pas été suffisants.
 
Les Français vont devoir faire un long déplacement vers Dongguan pour aller défier les Etats-Unis, qui eux sont déjà dans le sud de la Chine, à Shenzhen, tout près du lieu du match de mercredi. Mais l'espoir n'est pas éteint. "C'est dur parce qu'on n'aime pas perdre, mais on n'est pas mort", a lancé le capitaine des Bleus Nicolas Batum.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play