Nickel et Cobalt : Vale choisit un consortium largement calédonien pour sauver l’usine du Sud

nickel
Usine du Sud (nickel et cobalt) Vale Nouvelle-Calédonie
Usine du Sud (nickel et cobalt) Vale Nouvelle-Calédonie
Un montage financier innovant avec 50 % d’intérêts calédoniens dans le capital, les dettes de la Nouvelle-Calédonie (Promosud) effacées par Vale et le BRGM, et le négociant Suisse Trafigura minoritaire. Les salariés sont au coeur du projet. Le ciel s'éclaircit pour l'usine du Sud.
L'usine du Sud s'appellera "Prony Resources New Caledonia" (en anglais pour ses clients internationaux). Prony Ressources Nouvelle-Calédonie devrait donc succèder à Vale-NC. La nouvelle société portera le nom de la grande baie calédonienne de Prony qui accueille le port et le site industriel de l'usine du Sud. Et pour mieux marquer l'origine du nickel et du cobalt "made-in-Calédonie", celui de la transition énergétique responsable et éthique, le logo du site industriel de l'usine du Sud aura désormais comme emblème l'Aigle-Pêcheur de la Nouvelle-Calédonie. 
 

Trafigura, actionnaire minoritaire

Le caractère totalement innovant et exclusif de l’offre n’est pas avec Trafigura, mais avec un consortium emmené par le management et les salariés calédoniens de l’usine, soutenus par les institutions, l’Etat et la Province Sud. Trafigura est simplement actionnaire minoritaire
Antonin Beurrier PDG de Vale-NC à Outre-mer la 1ère


50 % de calédoniens au capital

Un consortium calédonien et international, à part égale, incluant le grand négociant de matières premières Trafigura, est en discussion exclusive avec Vale, jusqu'au 4 décembre, pour une clôture du rachat de l’usine du Sud en janvier 2021. Les négociations ont duré jusqu’au dernier moment pour régler les détails, mais les grands chapitres de l’accord de transition étaient bouclés depuis plusieurs jours a appris Outre-mer 1ère. Avant son retour à Nouméa, Antonin Beurrier, le PDG de Vale-NC aurait rencontré de hauts responsables de l’Etat à Paris."Nous tenons une solution pour assurer la pérennité du site et c'est une bonne nouvelle", a déclaré, lors d'une conférence de presse à Nouméa, le président de Vale-NC, alors que le complexe industriel était menacé de fermeture si aucun repreneur n'était trouvé avant la fin du mois d'octobre.
 

3.000 emplois directs et indirects  

Le consortium Prony Ressources Nouvelle-Calédonie (PRNC) associe à hauteur de 50% : des intérêts calédoniens (salariés de l’usine, provinces et société civile calédonienne), de 25% l’un des leaders mondiaux du négoce des matières premières Trafigura basée en Suisse - et de 25% une société d'investissement. Des constructeurs automobiles comme Tesla, des producteurs de batteries comme le français Automotive Cells Company (ACC) associant PSA,Total et Saft ou des fonds d'investissements européens et australiens sont susceptibles d'entrer au capital par le biais de cette société.  
    
L'offre a reçu le soutien du gouvernement français, impliqué dans l'opération au travers d'un prêt de 200 millions d'euros consenti en 2016 à Vale, de garanties et d'accords de défiscalisation. "Le tour de table réunit un financement de 1,2 milliard de dollars de nature à sécuriser l'avenir de l'entreprise", a indiqué M. Beurrier à l'AFP, insistant "sur la grosse contribution de Vale" et "le soutien colossal de l'Etat". 
 
 

Un site minier de taille mondial     

Adossée au grand gisement de nickel et de cobalt de Goro en Province Sud, l'usine métallurgique de Vale, où de très importants investissements de maintenance et d'équipements sont indispensables, est en quête de repreneur depuis décembre 2019. Une première offre d'un consortium australien autour de la société New-Century avait échoué début septembre, en raison du retrait de deux investisseurs par crainte du risque. Le grand complexe industriel calédonien, dont le modèle a été redimensionné, fournit un produit intermédiaire - Nickel Hydroxyde Cake (NHC) – incluant du cobalt destiné aux batteries des véhicules électriques. "Toute la production est vendue pour les 5 prochaines années. La demande de ce produit est en train d'exploser sur le marché", a assuré M. Beurrier, de retour d'Europe et qui s'exprimait en visio-conférence depuis l'hôtel où il est en quatorzaine, dans le cadre des mesures décidées par la Nouvelle-Calédonie contre le Covid.

L'usine, qui pourrait atteindre l'équilibre dès l'an prochain, et dont la production est en forte hausse ces derniers mois, devrait produire 30.000 tonnes de NHC cette année, 35.000 tonnes en 2021 puis 40.000 tonnes en rythme de croisière. Vale bénéficie d'un accord pour l'achat de 10% puis 20% de cette production sur 13 ans. 

Sur place, ce projet suscite toutefois une vive hostilité des indépendantistes du FLNKS qui défendent l'offre concurrente d'un consortium associant la société minière de la Province-Nord (Sofinor) et un industriel sud-coréen (Korea Zinc). Cette option a été écartée par le groupe brésilien, tandis qu’une note d'analyse de la Direction du Trésor de Bercy, obtenue par Outre-mer 1ère, précisait qu'elle était peu documentée et peu liminaire.