Nickel et manganèse : résultats miniers records pour Eramet, y compris en Nouvelle-Calédonie, malgré les intempéries

transition énergétique
Turquie
Nouvelle centrale électrique de la SLN sur le chantier naval du leader mondial turc Karpowership à Yalova près d'Istanbul ©Alain JEANNIN
Malgré les fortes pluies et les intempéries, la production minière de la SLN a progressé. Les conditions ont été pourtant difficiles pour les mineurs du Territoire. Dans les prochains mois, la nouvelle centrale électrique flottante de l’usine de Doniambo devrait booster la production des métallurgistes du nickel.

Le groupe minier français Eramet a relevé sa prévision de résultat d'exploitation (Ebitda) pour 2022 autour de 1,6 milliard d'euros, contre plus de 1,5 milliard d'euros envisagé jusqu'à présent, après des résultats semestriels record, portés par la demande et la hausse des prix.

"Notre Ebitda atteint près d'un milliard d'euros (982 millions d'euros, NDLR) sur le semestre, ce qui est un record dans l'histoire de notre groupe", a déclaré le directeur financier du groupe Nicolas Carré, en réponse aux question de l'AFP.

En excluant la filiale de métallurgie aéronautique de pointe Aubert et Duval, ainsi qu'Erasteel et Sandouville, en cours de cession -présentation privilégiée par le groupe (norme IFRS5)-, le résultat net est multiplié par plus de 12 à 677 millions d'euros, contre 53 millions d'euros au premier semestre 2021.

Outre un environnement de prix particulièrement favorable, "notre production minière progresse de plus de 20% sur le premier semestre 2022", a souligné M. Carré.

Le groupe a produit plus de 10 millions de tonnes de minerai de nickel en Indonésie et en Nouvelle-Calédonie, "en hausse de 26% par rapport au 1er semestre de l'année dernière", et +17% de minerai de manganèse au Gabon, à 3,6 millions de tonnes.

Eramet exploite des mines de nickel, l'un des métaux phare de la transition énergétique utilisé dans les batteries automobiles, en Nouvelle-Calédonie et en Indonésie; de manganèse dans la mine Comilog au Gabon; et des sables minéralisés au Sénégal, d'où sont tirés des pigments d'oxyde de titane, utilisés dans la chimie, ou du zircon, recherché pour les céramiques.

La hausse des prix de vente sur l'ensemble des produits, "contribue pour un montant total de 844 millions d'euros" aux bons résultats du groupe, dont le chiffre d'affaires a progressé de 79% à 2,63 milliards d'euros.

Ces hausses de prix ont toutefois "été en partie absorbées par de fortes hausses de coûts", selon M. Carré, qui a évoqué 147 millions d'euros d'impact pour l'énergie et les agents réducteurs de la production métallurgique et 54 millions d'euros pour le fret.

Le groupe est cependant beaucoup plus prudent pour le second semestre, compte tenu du "climat d'incertitude assez fort d'un point de vue macroéconomique": "l'ajustement des prix que nous avons déjà dû amorcer sur la fin du second trimestre, on s'attend à ce qu'il se poursuive, en particulier sur notre activité alliage de manganèse, alors que dans le même temps, les coûts élevés de l'énergie, des agents réducteurs et du fret devraient continuer de peser sur notre marge", a déclaré M. Carré. Sans oublier la poursuite de la guerre en Ukraine.

Ces incertitudes sur les mois à venir ont conduit le groupe à revoir à la baisse son objectif d'investissement annuel à 500 millions d'euros.

Eramet confirme toutefois ses volumes de production métallurgiques, hormis pour le nickel néo-calédonien, en raison de problèmes d'alimentation électrique et d’une météo défavorable.

Des intempéries et des pluies plus nombreuses, notamment sur la côte Est de la Nouvelle-Calédonie, ont ralenti la production minière gorgée d'eau et le transport du minerai.

La question de la disponibilité énergétique doit être résolue avec  l'arrivée fin août d'une grande centrale électrique flottante en provenance de Turquie.

Turquie
Chantier naval de Kapowership prés d'Istanbul en Turquie avec la centrale autonome temporaire (CAT) électrique et flottante de la SLN ©Alain JEANNIN