Nouvelle-Calédonie : la tutelle du ministère des Outre-mer divise les élus

politique
Ministère des Outre-mer
. ©Outremer la 1ère
Entre condamnation et approbation : l’annonce du rattachement du ministère des Outre-mer au ministère de l’Intérieur a entraîné de vives réactions des élus calédoniens.

Les élus locaux de Nouvelle-Calédonie sont apparus partagés sur le rattachement du ministère des Outre-mer sous la tutelle de l'Intérieur. La perte d'un ministère de plein droit, inédite depuis 2012, est une "totale régression" et "une mise sous tutelle des Outre-mer", selon le porte-parole du Palika-FLNKS (indépendantiste) Charles Washetine. Les loyalistes de leur côté dénoncent un attentisme, une situation privant toute initiative politique.

Nicolas Metzdorf, député de la deuxième circonscription de Nouvelle-Calédonie, juge quant à lui favorable cette mise en tutelle. “L'association des outremers et de l'intérieur dans le même ministère est une excellente nouvelle pour nos territoires. Les outremers sont désormais associés à un ministère régalien, ce qui démontre le profond attachement d' @EmmanuelMacron aux ultramarins”, tweetait-il lundi 4 juillet.

L'arrivée de Jean-François Carenco au ministère délégué aux Outre-mer et sa mise en tutelle témoigne d'un dialogue difficile entre les deux camps et la métropole.

Gérald Darmanin en visite en Nouvelle-Calédonie le 26 juillet

Pour relancer le dialogue, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé mardi sur BFMTV qu'il se rendrait en Nouvelle-Calédonie le 26 juillet et pour "plusieurs jours" avec son ministre délégué. "Je prendrai tout mon temps, à la demande du président et de la Première ministre, pour voir comment nous pouvons bâtir ensemble l'avenir institutionnel de l'île", a déclaré M. Darmanin.

Jean-François Carenco a été secrétaire général du Haut-commissariat en Nouvelle-Calédonie, deux ans après les accords de Matignon en 1988, qui ont mis fin à des années de violences entre les "pro" et "anti" indépendance.