publicité

Nouvelle-Zélande : entrée en vigueur de l'interdiction des sacs plastique à usage unique

L'interdiction des sacs plastique à usage unique, avec de lourdes amendes à la clef pour les magasins qui continuent d'en fournir, est entrée pleinement en vigueur lundi en Nouvelle-Zélande qui veut dorénavant s'attaquer au recyclage.

Vue d'une plage de Wellington en Nouvelle-Zélande © Nick Servian / Robert Harding Heritage / robertharding
© Nick Servian / Robert Harding Heritage / robertharding Vue d'une plage de Wellington en Nouvelle-Zélande
  • La 1ère (avec AFP)
  • Publié le , mis à jour le
Chaque année, un million d'oiseaux et plus de 100.000 mammifères marins dans le monde sont blessés ou meurent en s'empêtrant dans des déchets plastiques ou en les confondant avec de la nourriture.
 

Jusqu'à 60.000 euros d'amende

La nouvelle réglementation, annoncée en août 2018, est de fait déjà appliquée dans les principaux supermarchés néo-zélandais, sans attendre son entrée en vigueur. Les contrevenants risquent des amendes allant jusqu'à 100.000 dollars néo-zélandais, soit environ 60.000 euros. 

"Les Néo-Zélandais sont fiers de la réputation écologique, propre, de leur pays et veulent s'assurer qu'ils continueront à se montrer à la hauteur", a déclaré la ministre de l'Environnement Eugenie Sage. "Mettre fin à l'utilisation de sacs plastique à usage unique y contribue". C'est dorénavant la question du recyclage qui est au programme, a-t-elle ajouté. 

L'interdiction "ne va pas assez loin mais ce qui est vraiment bien c'est que cela lance le débat", a-t-elle déclaré à Radio New Zealand. "Les gens parlent dorénavant des sacs plastique à usage unique et de la manière dont nous pourrions les éliminer progressivement". Plus de 80 pays ont déjà adopté des interdictions similaires, selon le Programme des Nations unies pour l'environnement.
 

L'appel de l'ONU

Environ 5.000 milliards de sacs en plastique sont consommés chaque année dans le monde et, comme l'essentiel du plastique, une infime proportion est recyclée, dénonçait en juin 2018 un rapport de l'ONU, pointant du doigt un défi d'une ampleur "décourageante".

Dans ce document, l'ONU relevait que si les modes de consommation actuels et les pratiques de gestion des déchets se poursuivent, on comptera environ 12 milliards de tonnes de déchets plastiques dans les décharges et l'environnement à l'horizon 2050.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play