outre-mer
territoire

Orpailleur brésilien tué en Guyane: le légionnaire suspecté assigné à résidence

orpaillage
Un site d'orpaillage en Guyane (photo d'illustration).
Un site d'orpaillage en Guyane (photo d'illustration). ©Nordine Bensmaïl
Un militaire français de la Légion étrangère soupçonné d'avoir tué un orpailleur brésilien le 22 septembre au cours d'une opération en Guyane a été libéré et assigné à résidence sur une île, a annoncé le parquet de Cayenne.
 
Le légionnaire du troisième REI a été déféré devant un juge d’instruction le 25 septembre et placé en détention provisoire jusqu’à la décision du juge des libertés et de la détention.
 

Assigné à résidence

Le légionnaire de 32 ans, remis en liberté lundi en fin de journée par une ordonnance du juge des libertés et de la détention (JLD) prévoyant une surveillance électronique, résidera sur l'Ile Saint-Joseph, une ex-terre du bagne.

Me Jérôme Gay, le nouvel avocat du militaire, s'est satisfait d'une décision qu'il assure avoir demandée: "C'est une bonne décision, par rapport à la protection de son intégrité physique de ne pas le laisser à la prison de Remire (proche de Cayenne), au regard des risques face à la population carcérale brésilienne, et de ne pas faire supporter ce poids à l'administration pénitentiaire".
       

Les faits

Le militaire avait été mis en examen le 25 septembre pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner", et placé en détention provisoire.

Les faits s'étaient produits trois jours plus tôt au cours d'une opération Harpie de lutte contre l'orpaillage illégal dans la forêt guyanaise. Le légionnaire avait fait usage de son arme à feu contre un orpailleur qui l'avait, selon sa version, menacé avec une machette.
 
Publicité