publicité

Les peuples autochtones de Guyane réclament la reconnaissance de leurs droits

La Fédération des Organisations Autochtones de Guyane (FOAG) a revendiqué "une reconnaissance de leurs droits sur ce territoire", lors de la conférence de presse de la Journée internationale des populations autochtones à Cayenne jeudi.
 

Amérindiens de Guyane lors d’une marche commémorant la Journée internationale des peuples autochtones, en août 2013. © JODY AMIET/AFP
© JODY AMIET/AFP Amérindiens de Guyane lors d’une marche commémorant la Journée internationale des peuples autochtones, en août 2013.
  • La1ere.fr (avec AFP)
  • Publié le , mis à jour le
Face "au manque de structures dans les communes de l'intérieur", aux "multinationales de l'or" qui souhaitent s'implanter en Guyane (la Compagnie de la Montagne d'Or et Auplata, ndlr) et "aux élus qui savent se déplacer dans les villages amérindiens en période électorale" les organisations autochtones réclament "une reconnaissance de leurs droits sur ce territoire", ont déclaré des représentants de la Jeunesse Autochtone de Guyane (JAG), du Collectif des Premières Nations et quelques chefs coutumiers, devant la cinquantaine de sympathisants venus les soutenir.
           

Décentralisation

"Il ne faut pas que les Journées des Peuples Autochtones (JPA) soient réduites à de simples fêtes de villages", a souligné Jean-Philippe Chambrier, président de la FOAG, à l'initiative de ce rassemblement. Pour Christophe Pierre, un des porte-parole de la Jeunesse Autochtone de Guyane (JAG), "c'est aux peuples concernés et non à l'institution de décider où et comment organiser cette journée" qu'il souhaiterait à terme voir inscrite au calendrier "au même titre que la Journée pour l'abolition de l'esclavage."
 

Les organisations autochtones dénonçaient la réorganisation des JPA, cette année délocalisée dans plusieurs villages amérindiens par la Collectivité Territoriale de Guyane (CTG) pour " raisons budgétaires" et suite à la sollicitation de "certains chefs coutumiers", selon le président de la CTG, Rodolphe Alexandre. Une décentralisation qui "ne fait pas l'unanimité", a indiqué à l'AFP le président de la FOAG, pour qui le rassemblement à Cayenne constituait "un moment de partage et de rencontres" avec l'ensemble de la population guyanaise.
           

"Récupération politique"

Plus tôt dans la journée, l'Organisation des Nations Autochtones de Guyane (ONAG) dénonçait par voie de communiqué "la récupération politique par la CTG, dont le service Langue et Patrimoine maintient son autorité sur l'élaboration du programme de la journée internationale des peuples autochtones."
           
Les JPA constituent une déclinaison de la Journée internationale des populations autochtones adoptée le 23 décembre 2014 par l'Assemblée générale des Nations Unies. Six peuples amérindiens vivent encore aujourd'hui en Guyane : les Wayanas, les Wayapi, les Kalinas, les Arawaks, les Palikur et les Tekos.
  1 533 891 807

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play