Plus de 100 jours après son enlèvement, marche et mobilisation en soutien au journaliste martiniquais Olivier Dubois

terrorisme
Manifestation à Bamako en soutien à Olivier Dubois
Manifestation à Bamako le 17 juillet 2021 en soutien à Olivier Dubois ©ANNIE RISEMBERG / AFP
Quelques dizaines de personnes se sont rassemblées le 17 juillet à Bamako pour une marche de soutien au journaliste français Olivier Dubois, kidnappé le 8 avril dans le nord du Mali. La veille une banderole avait été déployée sur la façade de la mairie du Xe à Paris.

"Ca fait 100 jours qu'Olivier est détenu, (comme) il est marcheur et fait partie d'un groupe de marche, c'était une très jolie symbolique de se réunir et de faire quelque chose qu'il aime", a déclaré l'ex-compagne et mère de ses deux enfants, Déborah Al Hawi Al Masri. La marche de cinq km a suivi un trajet dans la verdure, souvent emprunté par Olivier Dubois selon les organisateurs, dans l'est de Bamako, et aboutissant sur le fleuve Niger. 

Des amis, des journalistes, ou encore de simple Bamakois ayant répondu à l'appel, ont marché dans une humeur joviale après avoir enfilé un t-shirt blanc imprimé du mot dièse #FreeOlivierDubois (Libérez Olivier Dubois).  "C'est de notre devoir, de mon devoir, de faire en sorte que tout le monde sache qu'aujourd'hui il y a un ressortissant français, un journaliste, qui a voulu faire son travail et qui s'est retrouvé enlevé parce qu'il a voulu nous informer", a ajouté Mme Al Hawi Al Masri. 

Sur les rives du fleuve Niger, la porte-parole du Comité de soutien, la journaliste Célia D'Almeida, a déclaré avoir "un sentiment partagé entre la tristesse qu'il ne soit pas là et la joie de voir que tout le monde est présent pour lui, toujours, 100 jours après".

Banderole sur la mairie du Xe à Paris

 

D'autres manifestations publiques de soutien au journaliste ont déjà pris place. Vendredi, une bâche a été déployée sur la façade de la mairie du Xe arrondissement de Paris. Des représentants et membres de Reporter sans frontière, du comité de soutien, des élus locaux et des collègues des médias pour lesquels travaille Olivier Dubois, se sont rassemblés devant le perron de la mairie. Sur la bâche, une photo géante du journaliste et le hashtag #FreeOlivierDubois (Libérez Olivier Dubois). L'objectif "est de faire connaître au grand public le parcours d'Olivier et d'interpeler les Parisiens", a déclaré Marc de Boni, porte-parole du comité de soutien.

La mère et les sœurs d'Olivier se sont exprimées au travers d'Antoine Bernard, un des responsables de RSF, pour appeler l'Etat français "à accentuer" les recherches "avec l'aide du gouvernement provisoire" malien.

Le seul otage français connu

 

Début juin, une centaine de personnes s'étaient réunies à Bamako (Mali) et autant à Paris pour réclamer la libération d'Olivier Dubois, journaliste indépendant de 46 ans vivant et travaillant au Mali depuis 2015. Il est le seul otage français connu dans le monde.

Olivier Dubois, journaliste indépendant de 46 ans vivant et travaillant au Mali depuis 2015, est le seul otage français connu dans le monde. Il avait annoncé lui-même son enlèvement dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux le 5 mai, expliquant avoir été kidnappé le 8 avril à Gao (nord) par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), principale alliance jihadiste au Sahel, liée à Al-Qaïda.