Politique : Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu font des propositions pour Mayotte

france
Visite ministérielle Kahani Sébatien lecornu et Gérald Darmanin, lutte contre l'habitat indigne
Le ministre des Outremer à la rencontre d'une habitante du quartier Kardjavendza à Kahani. L'habitat est principalement constitué de cases en tôle. ©Aurélien Février
Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer suite à leur visite à Mayotte le 29 août 2021, décident de préparer un projet de loi pour l’île qui sera présenté au Parlement début 2022. Ils ont dévoilé leurs propositions dans une tribune au journal Le Monde.

Plusieurs volets sont abordés à travers cette tribune "Un engagement sans faille pour Mayotte" : la lutte contre l’immigration clandestine, la jeunesse, le développement d'infrastructures de services public ou encore l’insécurité de l’île.

L’une des mesures phares (...), est la création d’un établissement public pour le Grand Mayotte. Chargé de l’aménagement du territoire, doté d’une capacité d’investissement, s’appuyant sur les collectivités locales dans le respect des compétences de chacun, cet établissement permettra de centraliser tous les grands projets pour mettre à niveau les infrastructures de l’archipel et les développer de manière cohérente”, évoquent les ministres.

Dix millions d'euros pour la jeunesse

L’actualité de l’île a été une nouvelle fois marquée aujourd’hui par un fait divers dans un établissement scolaire où un collégien a été poignardé par son camarade. En écho à cette insécurité les ministres proposent de débloquer : “1 million d’euros supplémentaires seront mis à la disposition des collectivités territoriales pour la vidéoprotection”, également, “Dix millions d’euros seront consacrés à la jeunesse de Mayotte dans la prochaine loi de finances.

Le volet concernant l’immigration clandestine est abordé avec cette proposition de durcir “l’acquisition de la nationalité, en conditionnant l’application du droit du sol au fait que l’un des deux parents soit en situation régulière depuis au moins un an au moment de la naissance.” 

À travers ce projet de loi, les ministres veulent affirmer que “Mayotte n’est pas un territoire délaissé de la République.