Portraits de France : une exposition rend hommage aux grandes figures des Outre-mer et de l'immigration

exposition
Portraits de France
Deux salles accueillent les visiteurs pour découvrir l'ensemble des portraits. ©Carla Bucero Lanzi
Jusqu’au 14 février, le musée de l’Homme accueille l’exposition Portraits de France qui met en lumière des figures des Outre-mer et de l'immigration. 58 personnalités issues de la diversité, connues et moins connues, qui ont fait l’histoire de France, sont mises à l’honneur.

Joséphine Baker, Aimé Césaire, Anna Marly ou encore Jean-Marie Tjibaou, côtoient 54 autres personnalités connues ou moins connues issues de la diversité ou de l’immigration en France. Ils font partis des 58 portraits mis en avant au Musée de l’Homme. L’exposition, “met en lumière des personnes qui ont choisi la France. Certaines sont dans l’oubli, mais elles étaient connues à l’époque. C’est un effacement de l’histoire que l’on veut changer”, explique Aurélie Clemente-Ruiz, co-commissaire de l’exposition.

Kaléidoscope 

Pour commencer la visite, les 318 visages du rapport Portraits de France, accueillent les visiteurs. “Ce kaléidoscope permet d’incarner la diversité. Ces personnes se sont positionnées par rapport à la France. Douze périodes chronologiques, de 1789 à aujourd’hui, racontent la place des étrangers dans l’histoire de notre pays”, évoque Aurélie Clemente-Ruiz. 

Ce rapport a été réalisé par le comité scientifique dirigé par l’historien Pascal Blanchard et remis au président de la République en mars. Son objectif : donner des idées aux maires français lorsqu’ils voudront renouveler des noms de rues, écoles ou lieux publics.

C'est l'occasion de découvrir Paulette Nardal. Cette femme a un destin incroyable, c’est la première étudiante noire à la Sorbonne. Elle a créé un cercle littéraire pour discuter de la culture noire

Aurélie Clemente-Ruiz, co-commissaire de l'exposition

 

Portraits de France
Il est possible de découvrir ou re-découvrir l'histoire de Jean-Marie Tjibaou. ©Carla Bucero Lanzi

 

Incarner la diversité

Lorsque ces noms ont été présentés à Emmanuel Macron, j’ai proposé à mes collègues Pascal Blanchard et Yvan Gastaut, de continuer ce travail. C’est ainsi que nous avons lancé cette exposition, réalisée en six mois. Les 29 femmes et 29 hommes ont été retenus sur les critères de parité, d’origines et de champ de compétences”, ajoute l’historienne de l'art. 

Elisabeth découvre cet après-midi le portrait d’Aimé-Césaire, peint par Hom Nguyen. “C’est un artiste que je suis et il a réalisé cette œuvre exprès pour l’événement. C'est très bien que l’on mette en valeur la diversité et de montrer qu’elle ne date pas d’aujourd’hui.” Quelques mètres plus loin, Léna et sa fille, venues de Nantes, déambulent également au milieu des photos. “Nous sommes venues pour une autre exposition, mais les portraits à l’entrée ont attisé notre curiosité. Nous découvrons donc de nouvelles personnalités et re-découvrons certaines. C’est un très bon concept

Le projet maintenant est que l’exposition devienne itinérante. Développer les ressources pédagogiques également et de montrer que la diversité est universelle. Même si on est tous différents, nous sommes tous des humains”, conclue Aurélie Clemente-Ruiz.

©la1ere