Pouvoir d'achat, institutions : que proposent Marine Le Pen et Emmanuel Macron ?

élections
Marie Le Pen / Emmanuel Macron
Marine Le Pen et Emmanuel Macron, les deux finalistes de la présidentielle 2022. ©Outremer 1ère
Emmanuel Macron ou Marine Le Pen. Les électeurs disposent d'une semaine pour déterminer leur vote du second tour de l’élection présidentielle. Outre-mer la 1ère revient sur les propositions des deux finalistes en matière de pouvoir d’achat et d’évolutions institutionnelles

Emmanuel Macron l'assure : c’est dans les Outre-mer que le chômage a le plus diminué durant le quinquennat qui s'achève. En revanche, sur la question du pouvoir d’achat, le président-candidat reconnait qu’il faut aller plus loin. Pour atteindre l’objectif de l’autonomie alimentaire et énergétique, Emmanuel Macron propose de réduire les importations mais aussi d'ouvrir le sujet de l'octroi de mer sur les produits de première nécessité. Autant de pistes développées par le président-candidat lors de son passage sur le plateau de l'émission politique Outre-mer 2022.

Il faut stimuler la concurrence, mieux négocier le coût du fret, mieux gérer les stocks pour infléchir les prix et continuer à développer l'emploi. La meilleure réponse au problème du pouvoir d'achat, c'est sortir du chômage

Emmanuel Macron

Réforme de l'octroi de mer 

Marine Le Pen, quant à elle, renouvelle sa volonté de réformer l’octroi de mer. La candidate du RN veut conserver ce dispositif uniquement sur les produits étrangers qui entrent en concurrence avec la production locale. "En supprimant cet octroi de mer sur les productions qui ne rentrent pas directement en compétition avec nos productions locales, ça va être une manière de rendre à peu près neuf-cent millions d'euros à l'ensemble de nos compatriotes".     

Et pourquoi pas l’autonomie pour rapprocher les décisions du terrain et donner davantage de pouvoir aux élus locaux ? Les élus de Martinique et de Guyane y sont favorables.

La question de l'autonomie

L'autonomie des territoires d'Outre-mer n'apparait pas nécessaire à Marine Le Pen. Lors de son passage sur le plateau de l'émission politique Outre-mer 2022, la candidate du RN a indiqué qu'elle ne voulait pas modifier la Constitution. 

Il y a dans la Constitution largement de quoi offrir à nos territoires d'Outre-mer la capacité d’adapter la fiscalité, l’économie, les normes. Je ne souhaite pas aller plus loin

Marine Le Pen

En fin d’année dernière, pour tenter de calmer la contestation sociale en Guadeloupe, le gouvernement avait posé sur la table l’idée de l’autonomie. Une suggestion sous forme de ligne rouge pour Emmanuel Macron. "J’ai un principe simple : qui décide paye et qui paye décide. Le système qui dit : Je veux décider plus mais c’est le gouvernement qui continue de payer, c'est non". 

Les électeurs et électrices sont à nouveau appelés aux urnes dimanche 24 avril pour le second tour de l'élection présidentielle. Lors du premier tour du scrutin, dans les Outre-mer, Marine Le Pen s’est classée deuxième, avec 21,2% des voix, devant Emmanuel Macron, avec 20,6% des suffrages exprimés.