publicité

Primaire de la droite : qui sont les 13 parrains ultramarins ?

Ils sont 13 parlementaires ultramarins à avoir apporté leur parrainage aux huit candidats qualifiés pour la primaire de la droite. Qui soutient qui? La1ere.fr fait le point.

Les huit candidats qualifiés pour la primaire de la droite. © BERTRAND GUAY JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN MEHDI FEDOUACH JOEL SAGET MARTIN BUREAU ERIC FEFERBERG JEAN-PIERRE CLATOT JEAN AYISSI KENZO TRIBOUILLARD FRANÇOIS NASCIMBENI / AFP
© BERTRAND GUAY JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN MEHDI FEDOUACH JOEL SAGET MARTIN BUREAU ERIC FEFERBERG JEAN-PIERRE CLATOT JEAN AYISSI KENZO TRIBOUILLARD FRANÇOIS NASCIMBENI / AFP Les huit candidats qualifiés pour la primaire de la droite.
  • Par Serge Massau
  • Publié le , mis à jour le
Députés, sénateurs et députés européens, ils sont 360 à avoir accordé leur parrainage à l’un des huit candidats qualifiés pour participer à la primaire de la droite organisée par Les Républicains. Parmi ces parlementaires, on trouve 13 ultramarins. Certains ont apporté leur signature par conviction ou par amitié politique, d’autres l’ont fait pour permettre à chaque sensibilité d’être représentée dans le débat qui sélectionnera le candidat de la droite à l’élection présidentielle.
 

Alain Juppé

  • Jean-Paul Tuaiva, député UDI de la Polynésie française
  • Robert Laufoaulu, sénateur LR de Wallis-et-Futuna
 
© CITIZENSIDE / FRANCOIS PAULETTO / CITIZENSIDE


François Fillon
  •  
  • Hilarion Vendegou, sénateur LR de Nouvelle-Calédonie
 



Hervé Mariton
  •  
  • Bruno Azerot, député GDR (Gauche démocrate et républicaine) de la Martinique
  • Jonas Tahuaitu, député UDI de la Polynésie française
  • Nuihau Laurey, sénateur UDI de la Polynésie française
 
NKM aux Antilles

Nathalie Kosciusko-Morizet
  •  
  • Abdourahamane Soilihi, sénateur LR de Mayotte
  • Michel Magras, sénateur LR de Saint-Barthélémy
  • Sonia Lagarde, députée UDI de Nouvelle-Calédonie
 

© © CITIZENSIDE/JAOUED IDAMMOU / CITIZENSIDE.COM
Nicolas Sarkozy

  • Daniel Gibbs, sénateur LR de Saint-Barthélémy
  • Didier Robert, sénateur LR de la Réunion (il avait d’abord choisi François Fillon, avant de condamner les propos de l’ancien Premier ministre sur la colonisation)
  • Maurice Ponga, député européen LR
  • Pierre Frogier, sénateur LR de Nouvelle-Calédonie
 
Bruno Le Maire, Jean-François Copé n’ont reçu le soutien d’aucun parlementaire ultramarin. Jean-Frédéric Poisson, président du petit parti chrétien-démocrate associé à Les Républicains, est automatiquement qualifié, sans passer par l’épreuve des parrainages.





Bruno Azerot, le député de gauche qui parraine Mariton

Hervé Mariton aura dû patienter jusqu’au dernier jour pour réunir les parrainages de 20 parlementaires qui l’ont qualifié pour la primaire de la droite. Mais que ce fut compliqué ! Puisque les soutiens issus de son propre parti politique, Les Républicains, se sont faits trop rares, le député de la Drôme est allé séduire les centristes de l’UDI.  Parmi eux, deux ultramarins lui ont dit oui : Nuihau Laurey, sénateur et vice-président du gouvernement de la Polynésie française, et Jonas Tahuaitu, opposé au mariage pour tous, comme Hervé Mariton.
Mais puisque ce n’était pas suffisant pour être qualifié pour la primaire de la droite, Hervé Mariton est allé piocher à gauche en recevant le parrainage de Bruno Azérot, député inscrit au groupe GDR, qui rassemble principalement les députés communistes. Son entourage explique qu’il s’agit d’un soutien « par pur esprit démocratique » pour que le discours conservateur de Mariton soit représenté lors de la campagne. Mais les deux députés ont aussi des points communs sur les questions sociétales. Ils « s’étaient retrouvés » dans leur opposition au mariage pour tous ou sur la question de l’euthanasie.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play