Primaire de la droite : 3 débats, 7H30 de direct et... 30 petites secondes sur les Outre-mer

politique
Débats de la primaire de la droite
©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / POOL- Eric FEFERBERG / POOL - PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Les débats de la primaire de la droite ne laisseront pas un souvenir impérissable dans les Outre-mer. Les candidats ont abordé beaucoup de sujets qui concernent évidemment aussi les Outre-mer mais on note seulement deux interventions "concrêtes" sur ces territoires
C'est un constat qui malheureusement s'est une nouvelle fois vérifié. Les Outre-mer n'inspirent pas nos politiques excepté lorsqu'ils s'y déplacent. Durant ces trois émissions de débat dont le temps cumulé approche les 7H30, les Outre-mer ont résonné à seulement deux reprises et dans le troisième et dernier débat. Un constat que n'a pas manqué de souligner Erika Bareigts sur un compte tweeter: 
La première évocation des Outre-mer est apparue 1H30 de débat sur la base d'un lapsus de Jean-Frédéric Poisson. Le candidat du Parti Chrétien-Démocrate propose que le port de l'uniforme, qui "marche très bien en Martinique et en Guadeloupe", soit aussi appliqué "en France". Regardez: 
©la1ere
Vingt minutes plus tard, alors que le débat se concentre sur le découpage régional, Nathalie Kosciusko-Morizet est revenue sur le lapsus de Jean-Frédéric Poisson. "Tout à l'heure, tu avais l'air de dire que la Guadeloupe et la Martinique c'était pas clairement en France, ça l'est...." Regardez: 
©la1ere
Un lapsus commenté sur les réseaux sociaux et notamment sur la page Facebook de la 1ère mais pas forcément pour s'en offusquer: 
Lapsus Poisson débat primaire
Nicolas Sarkozy est le seul a avoir évoqué et formulé une proposition concrète sur les Outre-mer. L'ancien chef de l'Etat a affirmé que "pour nos territoires d'Outre-mer, je souhaite que eux-mêmes aient un statut particulier car il faut que leur fiscalité demain soit définie non pas par rapport à ce qui se passe en Métropole mais par rapport à leur environnement régional". Regardez l'intervention de Nicolas sarkozy: 
©la1ere