Projet de loi de finances rectificative 2016 : le gouvernement soutient le nickel calédonien

nickel province sud
SLN25 Doniambo
Usine de la société le Nickel SLN à Doniambo en Nouvelle-Calédonie ©Alain Jeannin
Le projet de loi de finances rectificative 2016 sera examiné début décembre. Il prévoit la garantie de financement d’une nouvelle centrale électrique pour l’usine SLN de Nouméa. Et l’usine du Grand Sud de Vale obtient une garantie de l’Etat pour innover dans son activité.




Du GNL pour la Nouvelle-Calédonie et la SLN. En 2021, les émissions d’oxyde d’azote et de soufre qui affectent la population de Nouméa devraient fortement diminuées. La nouvelle centrale électrique au Gaz Naturel Liquéfié qui devrait alimenter la SLN du groupe Eramet sera propre et compétitive.

Engagement de l'Etat

La production d’électricité à partir de Gaz Naturel Liquéfié a les faveurs du Premier ministre et des ministères concernés. Le GNL a également la préférence des élus Calédoniens et, à mots couverts, du groupe Eramet. L’affaire est donc bien engagée. Il s’agit de remplacer la vieille centrale au fioul qui alimente le premier employeur de l’île, la Société Le Nickel (SLN). Beaucoup moins polluant que le charbon et le fioul et plus fiable que les énergies renouvelables, le gaz naturel liquéfié pourra alimenter l’usine de nickel de Doniambo, l’un des trois grands sites industriels du Territoire, mais aussi Nouméa et la Nouvelle-Calédonie.

Avec cette nouvelle centrale électrique, la SLN sera en mesure d’atteindre ses objectifs de compétitivité pour la production de son alliage de ferronickel. Un enjeu vital pour l’usine calédonienne qui compte 17 concurrents mondiaux auxquels viendront s’ajouter fin 2017 une dizaine de concurrents chinois et leurs usines nouvelles en Indonésie. L'alliage de ferronickel SLN 25 calédonien, plébiscité par les aciéries mondiales, optimise la qualité de l'acier inoxydable haut de gamme.

Vote du Parlement en décembre 

Le projet de loi de finances rectificative (PLFR) pour 2016 prévoit l’octroi de la garantie de l’État « au profit de la société de projet Nouvelle-Calédonie Énergie afin de financer la construction d’une nouvelle centrale électrique en Nouvelle-Calédonie indispensable au bon fonctionnement de la Société Le Nickel (SLN) et à la couverture des besoins du réseau de distribution publique d’électricité ».
Cette centrale sera mise en oeuvre sous l'égide du fournisseur d'énergie calédonien Enercal. La garantie accordée par l'Etat est au minimum de 320 millions d'euros.
C’est une nouvelle importante pour les métallurgistes calédoniens de la SLN et pour le groupe Eramet au moment où le cours du nickel est supérieur de 21 % à son prix du début 2016. Le groupe minier et métallurgique français, dont le titre côté en bourse s'est amélioré, devrait bénéficier d’un accès avantageux à l’énergie électrique produit par la nouvelle centrale.
VALLS+BUFFET ERAMET DONIAMBO AJ
Le Premier ministre Manuel Valls et le PDG du groupe Eramet Patrick Buffet pendant la visite de l'usine de nickel SLN de Doniambo en Nouvelle-Calédonie. ©Alain Jeannin
L'exposé général des motifs du projet de loi de finances rectificative, transmis à la presse vendredi 18 novembre, propose également la garantie de l’État pour une ouverture de crédits destinés à l’usine calédonienne de nickel du brésilien Vale. L'article concerné prévoit l’octroi de la garantie de l’État « en faveur de la société Vale SA qui interviendra elle-même en garantie de sa filiale Vale Nouvelle-Calédonie S.A.S. (VNC) afin de financer un investissement d’au moins 400 millions USD dans le complexe industriel Usine du Grand Sud ». Il s’agit donc de la concrétisation des engagements pris par le Premier ministre qui avait annoncé ce prêt à l’entreprise minière brésilienne Vale. Ce soutien doit permettre de sauvegarder quelque 2000 emplois du complexe hydro-métallurgique (VLC) qui opère l’activité minière et métallurgique de l’usine du Grand Sud de la Nouvelle-Calédonie.

Rappel

Le Premier ministre a annoncé le 29 avril dernier à Nouméa l’apport d’une garantie de l’État pour le remplacement de la centrale au fioul de la SLN, filiale calédonienne d’Eramet, par une centrale électrique de nouvelle génération. Manuel Valls a également annoncé le 7 novembre dernier à Paris la garantie financière de l'Etat au groupe brésilien Vale pour le financement d'un grand site de stockage et de valorisation des boues de nickel dans l’usine de Goro.
Le projet de loi de finances rectificative 2016, qui contient ces deux garanties pour la Nouvelle-Calédonie, doit être soumis au vote du parlement début décembre.

La séance à Londres

Le cours du nickel a glissé vendredi soir à Londres sous sa zone de soutien de 11.000 dollars. Les investisseurs financiers du marché londoniens des métaux ont fait le constat d’une demande plus faible que prévu. Et les stocks mondiaux de métal ont remonté. Pas de quoi justifier ni maintenir la forte hausse de la semaine passée quand le cours du métal avait atteint un plus haut annuel à 12.200 dollars. La spéculation reprend ses tours...
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live