Pulvar sur les réunions non-mixtes : des propos "malheureux" pour Olivier Faure, "antirépublicains" selon Gérald Darmanin

polémique
Audrey Pulvar
©JOEL SAGET / AFP

Audrey Pulvar a eu "une phrase malheureuse" en jugeant qu'on peut demander aux Blancs "de se taire" lors d'une réunion non-mixte selon Olivier Faure, le premier secrétaire du PS. Gérald Darmanin s'est quant à lui dit "choqué" de propos qu'il juge "antirépublicains".

La Martiniquaise Audrey Pulvar a fait bondir une partie du monde politique en estimant qu'une personne blanche qui assisterait à une réunion non-mixte pourrait rester "spectateur silencieux".

La phrase d'Audrey Pulvar est une "phrase malheureuse car ça laisse penser qu'aujourd'hui en France, il y a des gens qui devraient se taire", a estimé le premier secrétaire du PS Olivier Faure sur LCI. Mais "c'est une républicaine, une universaliste", a-t-il ajouté, en lui renouvelant son soutien pour les régionales en Île-de-France et en indiquant qu'Audrey Pulvar "a prévu de préciser sa pensée" prochainement.

Disant avoir discuté avec elle lundi, Olivier Faure a assuré qu'"elle dit que bien sûr en France personne ne doit se taire, tout le monde doit pouvoir parler, à la fois ceux qui sont victimes de discriminations et ceux qui ne sont pas victimes mais qui veulent aussi accompagner", car c'est "un combat universel dans lequel on doit tous se retrouver".

Le numéro un du Parti socialiste, qui a laissé passer trois jours de polémique avant de s'exprimer, a également contre-attaqué sur LCI en critiquant ceux qui, à droite et chez LREM, ont fustigé les propos litigieux en faisant "semblant d'être des combattants contre les discriminations qu'ils ne sont pas", alors qu'ils cherchent à "fracturer" la société.

Le ministre de l'Intérieur "profondément choqué"

Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, s'est dit "profondément choqué" par les dires de Mme Pulvar, "que je trouve personnellement antirépublicains, contraires au pacte républicain". Il a demandé à l'ancienne journaliste de "corriger ses propos qui font mal à la République".

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a pour sa part fait valoir sur RCJ que "les Français, ce n'est pas des catégories, c'est un seul peuple" et "qu'il vaut mieux parler ensemble que s'exclure des discussions les uns des autres."

Mais pour Olivier Faure, "il ne faudrait pas non plus qu'on ait des leçons données par une partie de la droite, de La République en marche, tous ces gens qui ne se sont jamais battus contre les discriminations et qui voudraient maintenant nous faire croire que ce sont eux les espèces de parangons de vertu".