publicité

Séismes à Mayotte et aux Antilles, éruptions volcaniques à La Réunion : comment mieux gérer les risques telluriques ?

Face aux risques telluriques en France et notamment Outre-mer, des chercheurs publient un livre blanc intitulé "Quand la Terre Tremble". Ils font le point sur la crise sismique à Mayotte et dressent leurs recommandations face aux crises telluriques.
 

Le Piton de la Fournaise en éruption, 20 février 2019. © Richard Bouhet / Imaz Press
© Richard Bouhet / Imaz Press Le Piton de la Fournaise en éruption, 20 février 2019.
  • Par Laura Philippon
  • Publié le , mis à jour le
"Quand la Terre Tremble : séismes, éruptions volcaniques, et glissements de terrain en France" : c'est le titre d'un livre blanc rédigé par des scientifiques du CNRS qui émettent des recommandations pour prévoir les risques de séismes en France et particulièrement aux Antilles, mais aussi les risques d'éruptions volcaniques, notamment à La Réunion où se situe le Piton de la Fournaise, un des volcans les plus actifs au monde. Lors d'une conférence de presse ce mardi 23 avril, à Paris, les chercheurs ont aussi fait le point sur la crise sismo-volcanique à Mayotte.
 

Beaucoup de questions à Mayotte

Depuis presque un an, Mayotte connaît de fortes secousses sismiques qui effraient la population. "Cette crise sismo-volcanique est probablement liée à une injection magmatique depuis un réservoir profond vers la surface, explique Jérome Vergne, sismologue. Cette crise a débuté par des séismes allant jusqu'à une magnitude de 5,8. Au début, la crise présentait les caractéristiques d'essaim sismique. Puis nous avons trouvé des signaux de trémor, lié probablement à une injection de magma".

"L'île de Mayotte basculait vers l'Est de plusieurs centimètres par mois, affirme Pascal Bernard, sismologue. Les failles et le jeu sismique ne suffisaient pas à expliquer ce mouvement considérable de l'île, il fallait quelque chose de plus puissant, et c'était l'effet d'une réserve magmatique. Y-a-t-il un réservoir profond qui se vide ? On ne sait pas encore, mais actuellement plus de 2 km² de magma s'est échappé des profondeurs, sans qu'il ne soit localisé". Selon les chercheurs, de nombreuses questions sont encore sans réponse.
 

Installation de sismomètres en fond de mer, d'une nouvelle station géophysique aux îles Glorieuses, de stations sismologiques à Mayotte : depuis février, des missions à terre et en mer tentent de faire la lumière sur ce phénomène. Dans les semaines qui viennent, une campagne océanographique va aussi avoir lieu pour observer les fonds marins, détecter et quantifier d'éventuels dégazages liés à un volcan sous-marin.

Jusqu'à présent, les scientifiques n'avaient pas d'instruments de mesures dans la région et notamment en mer. "Aujourd'hui, le phénomène est mieux cerné, mais quelle évolution il aura, c'est plus difficile à dire, remarque Jérome Vergne, sismologue. Des crises sismo-volcaniques du genre peuvent durer plusieurs années".

Regardez ci-dessous la conférence de presse des chercheurs du CNRS : 
 

Mieux gérer les crises telluriques

Dans leur livre blanc, les scientifiques du CNRS font plusieurs recommandations. Lors de crises telluriques, séismes ou éruptions volcaniques, ils recommandent notamment de "fluidifier les liens entre les différents acteurs". "Nous pouvons avoir jusqu'à treize partenaires institutionnels qui viennent de différents types d'établissements publics et huit ministères de rattachement. C'est un problème. Si l'on veut aller vite sur une crise tellurique, nous sommes obligés d'avoir une organisation un peu pyramidale, et parfois l'organisation laisse à désirer. C'est un point sur lequel il faut absolument avancer et s'organiser d'une façon beaucoup plus rigoureuse", explique Éric Humler, directeur adjoint scientifique à l’Institut national des sciences de l’univers du CNRS.
 

Des "urgentistes" des risques telluriques

Comme cela existe dans les hôpitaux, des médecins spécialistes et un service d’urgence 24h/24, 7 jours sur 7, les chercheurs préconisent aussi la mise en place d'urgentistes des risques telluriques "dédiés uniquement à la surveillance." Éric Humler, directeur adjoint scientifique à l’Institut national des sciences de l’univers du CNRS, explique : 
 

Sur nos trois observatoires de volcanologie, deux aux Antilles et un à La Réunion, lorsque l'on constate une activité un peu anormale d'un volcan, nous devons le suivre 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Mais sur le papier, les chercheurs de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation n'ont pas la possibilité d'effectuer ce genre de travail. Il faudrait donc des "urgentistes des risques telluriques" en astreinte, 24 heures sur 24.

 
 

Pourquoi ce livre blanc ?

Au total, une dizaine de chercheurs ont participé à l'élaboration de ces recommandations dans ce livre blanc. Les volcanologues et sismologues français ont décidé de le rédiger suite à la condamnation de leurs collègues italiens. Suite au tremblement de terre de l'Aquila en 2009, ils ont été condamnés à des peines de prison en première instance pour "homicide par imprudence". Ils étaient accusés d'avoir sous-estimé le risque sismique. Les scientifiques ont ensuite été relaxés en appel. Le tremblement de terre de l'Aquila a tué plus de 300 personnes et détruit deux tiers de la ville.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play