Sorties de la semaine (2 livres, 1 festival, 1 clip, 30/04/21)

sorties de la semaine
Sorties de la semaine (30/04/21)

Un livre sur Bonaparte et l'esclavage; un autre d'entretiens sur la rencontre privilégiée entre Aimé Césaire et Marijosé Alie; le festival des abolitions; et le clip d'Oswald : voici l'actualité de la semaine (30/04/21)

Livres

Les vrais rôles de Bonaparte et de Joséphine dans le rétablissement de l'esclavage

La faute à Bonaparte ? Monographie collective sous la direction de Suzanne Dracius (éditions Idem). Dans la perspective du bicentenaire de la mort de Napoléon Bonaparte (le 5 mai 1821), on n’aura jamais autant vu de livres et de suppléments magazines fleurir sur le premier empereur français. Jamais non plus, la question de la pertinence de le célébrer s’est posée avec autant d’acuité, compte tenu de son bilan, contrasté sinon controversé.

L’intérêt de "La faute à Bonaparte ?" est qu’il règle sa focale sur la question du rétablissement de l‘esclavage. Et le point d’interrogation permet de nuancer et de préciser le processus qui s’est conclu par le retour aux lois d’avant 1794. Où l’on comprend que plus que Joséphine de Beauharnais, c’est le lobby des intérêts coloniaux qui a poussé, entre autres, Bonaparte à rétablir l’esclavage. Pas de révélations fracassantes dans l’ouvrage. Mais voici un livre grand public qui permet de se remettre en place les idées sur la question.

La faute à Bonaparte ? Monographie sous la direction de Suzanne Dracius

 

La dimension humaine d'Aimé Césaire vue par Marijosé Alie

Entretiens avec Aimé Césaire de Marijosé Alie (éditions Hervé Chopin)C’est une relation privilégiée qui a duré presque 25 ans. Entre 1983 et 2007, Marijosé Alie a multiplié les rencontres et les interviews avec son illustre compatriote Aimé Césaire. En un quart de siècle, une forme de complicité s’est installée entre les deux, permettant à la journaliste de mieux cerner et le personnage et sa pensée. Ces Entretiens dressent en creux le portrait d’un homme simple, malicieux, pudique, charmeur, viscéralement attaché au peuple martiniquais, et faussement candide. "Je voulais rendre sa dimension humaine. Car, c’est surtout ce qu’il aurait voulu que l‘on retienne de lui, plus que sa dimension iconique" raconte Marijosé Alie.

Au détour d’une de ces conversations, Aimé Césaire menace d’abandonner la politique et de retourner à ses élèves et à la poésie. Un comble quand on sait qu’il reste le député à la plus longue longévité (48 ans), et encore mieux en tant que maire (56 ans !). Cela n’avait pourtant rien d’une galéjade. "Pour lui, arrêter la politique aurait signifié abandonner la population martiniquaise, avec laquelle il était en profonde connection." Avec ce livre, en plus de restituer cet humanisme, Marijosé Alie souhaitait "redonner le désir de Césaire." C’est réussi.

Entretiens avec Aimé Césaire de Marijosé Alie

 

Festival des abolitions : des artistes planchent sur l'esclavage

 

Festival des abolitions de Sylvio Méranville (9e édition, du 6 au 29 mai au 100ec), Paris. Mai est le mois des commémorations. Avec le concours de l’association "Four A-rts", Sylvio Méranville célèbre à sa façon les abolitions. Dans le cadre de ce festival qui se déroule tous les deux ans, il réunit des artistes de tous horizons afin qu’ils proposent leur vision de l’esclavage. Un travail de mémoire qu’il poursuit depuis 18 ans. Cette année, au programme : de la peinture, de la photo avec l’exposition "Kris d’Afrikantilles", de l’art vivant, de la sculpture, et des conférences. Invités pressentis : le poète Christian Présent, les auteur-e-s Régine Chardon, Matthieu Gama, Serge Diantantu, Mathieu Méranville, etc…Manifestations à suivre sur la page facebook du 100 ec, les mardis et jeudi entre 19h et 20h30.

Festival des Abolitions

 

Clip : I can’t let you go d’Oswald

Début avril, l’artiste Oswald a sorti son deuxième album de 15 titres, "Options", dont est extrait le single I can’t let you go. Pour mémoire, Oswald est l’auteur du titre "solo", visionné quinze millions de fois, l’an passé, sur YouTube ! Lui, l’ambassadeur de son île, Saint-Martin, ne fait pas les choses à moitié. Lauréat du concours des lycéens 2007 aux Antilles-Guyane, Oswald a trouvé refuge dans la musique lorsque adolescent, il est devenu orphelin. Pas étonnant que ses chansons parlent d’amour et de son vécu. Plusieurs featurings sur cet album dont Saël, Bambi, etc…