Trois personnes mises en examen après l’assassinat d’un lycéen à Mayotte

faits divers
gendarmerie

Trois personnes, dont deux mineurs, ont été mises en examen pour assassinat samedi à Mayotte après la mort la veille d'un lycéen victime d'une agression aux abords d’un lycée au nord de l’île.

Miki avait 17 ans. Il avait été agressé à coups de ciseaux jeudi après-midi à la sortie du lycée de Mtsangadoua au nord de Mayotte, par un lycéen du même établissement, alors qu'il s'apprêtait à monter dans le bus qui le ramenait chez lui. Blessé aux poumons, au cou et à la tête, il avait été évacué par hélicoptère au Centre hospitalier de Mayotte (CHM) à Mamoudzou, où il est décédé vendredi. 

 

Deux Français et un Comorien mis en examen

Selon les informations de Mayotte La 1ère, deux des mis en examen sont de nationalité française, le troisième est Comorien. Ils ont reconnu leur participation mais nient l’intention de tuer.

L’agression du jeune Miki était la troisième de la semaine dans des lycées de Mayotte. En 2018, c'est à la suite de l'incursion d'une cinquantaine de jeunes au lycée Eiffel de Kahani que les Mahorais étaient descendus dans la rue pour manifester contre l'insécurité. Le mouvement avait duré trois mois, paralysant complètement cette île de l'océan Indien qui vient de célébrer les 10 ans de son accession au statut de département.