Un début de récolte en baisse pour la canne à sucre guadeloupéenne

agriculture
canne à sucre
Champ de cannes aux Antilles. ©AFP
Une baisse de la récolte de la canne à sucre. C'est ce qu'annoncent les prévisions pour l'année 2016. Une diminution qui pourrait avoir un impact sur les emplois liés à cette activité en Guadeloupe.  
La récolte de la canne à sucre a commencé en Guadeloupe dans un contexte mitigé. Les prévisions de coupe sur l'ensemble de la campagne sont en baisse de 25% par rapport à l’année précédente. En cause, la forte sécheresse qui a sévi l’an dernier dans l’île. Conséquence, les spécialistes prévoient qu’en 2016, 493.000 tonnes seront récoltées dans l’île, au lieu des 656.566 tonnes récoltées en 2015.

Mobilisation des ouvriers de l’usine Gardel

Une incertitude qui a conduit à une mobilisation des ouvriers agricoles de l'usine de Gardel au Moule dans le cadre des négociations annuelles obligatoires. "Nous travaillons avec Mère Nature. On ne peut que déplorer la sécheresse, mais on ne peut pas irriguer les 14.000 hectares de canne", a expliqué Georges Magdeleine, le président de l'interprofession, l'Iguacanne.

Une sécheresse anormale

Météo France l'affirme dans son bulletin annuel : "2015 se classe parmi les plus sèches et les plus chaudes sur la Guadeloupe". Les périodes normalement pluvieuses ont connu de forts déficits en précipitations : 15 à 40% sur l'année. Fait également interpellant : la température est restée pendant 52 jours supérieure à 25 degrés. Or "la richesse en sucre dépend de l'amplitude de température entre le jour et la nuit", a expliqué M. Magdeleine. "Elle peut s'améliorer en cours de route", a-t-il ajouté.

Un vecteur d’emploi

La canne à sucre représente une partie importante de la production de l’île puisque d’après le service des statistique et de la prospective, la filière de la canne a réalisée un chiffre d’affaire de 60 millions d’euros en 2009. A titre de comparaison, avant 1989 et le cyclone Hugo, la filière de canne à sucre dépassait les 800000 tonnes et en 2007 pourvoyait à 9000 emplois en Guadeloupe. Une baisse qui pourrait affecter la paye des 36 opérateurs de coupe. "Il faudrait que cette campagne se passe bien : pas de panne au niveau de l'usine, pas de pluies pour l'arrêter. Elle pourrait être finie dans les 80 jours", a poursuivi M. Magdeleine. "On rebondit toujours ! La canne occupe le tiers de la surface agricole. Nous sommes une filière d'excellence !", a-t-il affirmé.

Une pérennité assurée

Une nouvelle convention canne 2016- 2022 a été signée fin janvier entre le Préfet de la Guadeloupe et l'interprofession, visant à garantir la pérennité de la filière. Elle fixe les conditions d'octroi des aides nationales pour les campagnes 2016 et 2017, année de libéralisation du secteur sucrier européen, au cours de laquelle les discussions doivent reprendre.

Ragardez ce reportage de Guadeloupe 1ère sur le début de la récolte cannière : 



Les Outre-mer en continu
Accéder au live