Vanessa Phibel, l'appel de l'Afrique

tranches de vie
Une fois n'est pas coutume, c'est une Guadeloupéenne qui est à l'origine du salon international africain (LAFIA) qui se tiendra en région parisienne du 22 au 26 juin prochain. Vanessa est guadeloupéenne, elle entend à travers cet évènement dresser des ponts entre les populations issues des Outre-Mer et celles du continent africain.

"Je suis le mélange de tout ce qu'il y a en Guadeloupe. Je représente toute cette partie de l'histoire de mon île. C'est pour cela que je parle aujourd'hui de cette envie de retourner en Afrique parce qu'il me manque un petit bout, enfin un gros bout." Vanessa a fait siennes les différentes origines dont elle est issue : caribéenne, indienne et européenne. Mais elle n'a eu aucun contact avec ses racines africaines or elle sent très fort en elle que l'Afrique l'appelle. 

LAFIA, le salon international africain est né d'un désir commun de Vanessa et d'un de ses collègues issu du continent lorsqu'elle travaillait à l'époque pour une marque de cosmétiques.
"Maximilien m'a parlé de ce projet, or j'étais de mon côté en train de me reconnecter avec l'Afrique parce que j'avais besoin de connaitre mes racines africaines. J'y ai vu comme un signe et puis moi qui suis des Outre-Mer j'avais besoin de faire valoir le savoir faire des entreprises ultramarines donc il me tenait à cœur d'avoir un pavillon Outre-Mer au sein de ce salon." 

"C'est un évènement pour que les ultramarins créent des ponts avec l'Afrique".
Au-delà de son vécu personnel et de son irrésistible besoin de connaître sa partie africaine, Vanessa espère que les communautés des Outre-Mer et du continent africain vont enfin pouvoir se rencontrer, se découvrir mutuellement.