Voyageurs Outre-mer : les passagers ne sont pas prioritaires pour les tests de dépistage, explique Olivier Véran

coronavirus
Naillet Keclard Veran
Interrogé à l'Assemblée nationale par plusieurs députés ultramarins sur la question des tests PCR de moins de 72h pour les passagers qui doivent se rendre Outre-mer, le ministre de la Santé a expliqué que ces passagers n'étaient pas prioritaires. 
Deux députés ultramarins, Philippe Naillet (PS, La Réunion) et Manuéla Kéclard-Mondésir (GDR, Martinique) ont tour à tour interrogé ce mardi 15 septembre à l'Assemblée nationale le ministre de la Santé à propos du casse-tête auquel sont confrontés les voyageurs qui doivent se rendre Outre-mer. L'obligation de présenter un test PCR de moins de 72 heures est extrêmement compliquée, car les laboratoires sont saturés. Les deux élus ont expliqué que de nombreux passagers, de nombreuses familles étaient dans la difficulté face à cette situation. Regardez la question de Philippe Naillet :
 

"Pas prioritaires"

En réponse, le ministre de la Santé Olivier Véran a expliqué que les passagers n'étaient pas prioritaires pour les tests PCR. "Il y a des priorités dans l'accès au test. L'objectif principal est de freiner l'épidémie. Je ne vais pas demander à des patients symptomatiques, à des cas-contacts ou a des médecins de devoir laisser leur place dans des laboratoires de test pour que des gens qui doivent prendre l'avion puissent le faire. Je ne vous dis pas que la situation est satisfaisante mais nous priorisons la lutte contre l'épidémie. 

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live