Après la Caraïbe, le cyclone Gonzalo va passer à proximité de Saint-Pierre et Miquelon

cyclones
Gonzalo
©Centre canadien de prévision des ouragans
Le cyclone Gonzalo a fait de gros dégâts à Saint-Martin et Saint-Barth il y a quelques jours. Hier, il a frappé les Bermudes et poursuit sa route vers le nord. En passant à proximité de Saint-Pierre et Miquelon, dimanche, ses vents pourraient dépasser les 140 km/h.
Dans la nuit du lundi 13 au mardi 14 octobre, le cyclone tropical Gonzalo a causé de gros dégats matériels dans les îles de Saint-Martin et Saint-Barth, sans faire de victimes. La plus forte rafale a atteint les 204 km/h.

Ensuite, Gonzalo s'est encore renforcé pour devenir le cyclone le plus puissant depuis le début de la saison. Vendredi, avec des vents à 215 km/h, il est passé sur les Bermudes, entraînant des vagues de 7 à 12 mètres. Plus de la moitié des habitants de l'île ont été privés d'électricité.

Le cyclone Gonzalo poursuit actuellement sa remontée vers le nord de l'Atlantique. Les services météorologiques du Canada suivent désormais le cyclone tropical et prévoient des vents à près de 150 km/h sur les grands bancs de Terre-Neuve, ce dimanche.

Voici la trajectoire prévisionnelle selon la météo canadienne :
Gonzalo Canada
©service météo Canada

Aux Etats-Unis le National Hurricane Center (centre national de surveillance des cyclones) surveille également le phénomène. Voici la carte du NHC :
Gonzalo Météo USA
©NHC
De son coté, Météo-France à Saint-Pierre et Miquelon n'a pas déclenché d'alerte particulière. Selon ses prévisions, le phénomène passera au sud de l'archipel dans la nuit de samedi à dimanche, entrainant à Saint-Pierre des rafales à 100 km/h et des vagues de 4 à 6 mètres. C'est au sud de l'archipel français que le phénomène devrait être le plus violent.

Météo-France publie une photo satellite qui montre bien la position de Gonzalo : 
météo france SPM Gonzalo
©Météo France SPM
Théoriquement, après avoir passé Terre Neuve, Gonzalo devrait s'affaiblir et être rétrogradé en tempête puis en simple dépression. Il traversera l'Atlantique pour atteindre la Grande-Bretagne puis la France en milieu de semaine (mardi et mercredi).