Accusée de xénophobie, Marine Le Pen répond qu'elle a de bons résultats électoraux dans les Outre-mer

élections 2021
marine le pen
Marine Le Pen ©Eric Feferberg/AFP

Les propos de la présidente du Rassemblement national ont suscité de vives réactions. Invitée de BFM TV jeudi 11 mars, elle a expliqué que les accusations à son encontre de xénophobie et de racisme n'avaient "aucun sens", citant notamment en argument ses résultats électoraux en Outre-mer.

"Un parallèle nauséabond", "une démonstration embrouillée", "déplorable"... Les réactions se multiplient après les propos de Marine Le Pen sur BFM TV jeudi 11 mars. Interrogée sur les accusations de racisme et de xénophobie dont elle fait régulièrement l'objet, la président du Rassemblement national a répondu : "quand vous voyez que je suis arrivée en tête y compris aux Européennes aux Outre-mer, vous vous rendez compte que ces accusations (...) n’ont aucun sens."

Marine Le Pen a ensuite expliqué ne "pas avoir de sentiments négatifs à l'égard des étrangers", provoquant un tollé. "Faut-il comprendre que Marine Le Pen considère les Ultramarins comme des étrangers ?", s'est interrogé Sébastien Lecornu sur Twitter. Le ministre des Outre-mer a été suivi par d'autres membres du gouvernement ou des représentants de La République en Marche, comme le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin ou encore la députée européenne Nathalie Loiseau. Une colère également exprimée sur le compte Twitter du parti majoritaire : ""Je suis populaire dans les Outre-mer" est le nouveau "j'ai un ami...""


Des personnalités des Outre-mer ont également réagi aux propos de Marine Le Pen. Patrick Karam, vice-président du Conseil régional d'Île-de-France, a ainsi rappelé à la candidate pour la présidentielle de 2022 que "son père n'a jamais pu atterrir en Guadeloupe ni sortir de l'aéroport de Martinique", faisant référence à la venue controversée de Jean-Marie Le Pen aux Antilles en 1987. De son côté, le député européen Stéphane Bijoux, d'origine réunionnaise, a répondu "Nous sommes français et européens, nous savons qui nous sommes, nous savons qui vous êtes."

 


Depuis, le parti d'extrême-droite a fait une progression dans les Outre-mer, obtenant un nombre important de votes dans les territoires ultramarins lors des élections européennes de 2019. Le RN était en tête en Guadeloupe, en Guyane, à La Réunion, à Mayotte et deuxième en Martinique. 

Cliquez sur un territoire pour retrouver les résultats aux élections européennes 2019 :