L’Agence française pour la biodiversité : quelle place pour l’Outre-mer ?

environnement
Ségolène Royal et Hubert Reeves
Ségolène Royal et Hubert Reeves ©AFP
La future Agence française de la biodiversité va voir le jour le 1er janvier. Elle regroupe plusieurs administrations liées à la préservation de la nature. Elle doit compter au moins 5 ultramarins dans son conseil d’administration et se déployer localement. 
C’est le bébé de Ségolène Royal. L’Agence française de la biodiversité vise à rendre plus efficace la préservation de la nature en France. Présidée par Hubert Reeves, l’astrophysicien québécois que La1ère avait rencontré en juin 2016, l’AFB va voir le jour ce 1er janvier.
 

L’AFB qu’est-ce que c’est ?

L’Agence française pour la biodiversité va regrouper l’Agence des aires marines protégées, l’Atelier technique des espaces naturels, l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques et Parcs nationaux de France.

Son objectif : œuvrer en faveur d'une meilleure préservation des espaces naturels, de leur faune et de leur flore, et d'une action plus concertée des services de l'Etat.

Le nouvel organisme s'organisera autour de trois pôles nationaux à Brest, Montpellier et Vincennes. 

L’AFB localement en Outre-mer ?

Localement, l’agence française pour la biodiversité va se déployer Outre-mer. Selon le communiqué du ministère de l'environnement, l'AFB sera présente Outre-mer avec des directions régionales correspondant aux régions administratives, des services départrementaux, mais aussi l'ensemble des parcs naturels marins et des antennes de façade maritime".

La majorité des élus d’Outre-mer réunis en atelier en février 2015 souhaitaient un déploiement de l'AFP Outre-mer. Regardez ci-dessous les avis de Chantal Berthelot, Serge Letchimy et Ferdy Louisy. 


Atelier AFB outre-mer : Serge Letchimy, Chantal... par Aires-marines-protegees
André Vallini, le secrétaire d’Etat chargé des relations avec le parlement a ainsi déclaré le 20 décembre dernier. Des agences régionales de la biodiversité seront créées "pour mettre en œuvre des politiques adaptées aux spécificités des territoires ultramarins".

"Place importante" de l'Outre-mer dans l'Agence française de la biodiversité
Le secrétaire d'Etat chargé des relations avec le parlement, André Vallini. ©Bertrand GUAY / AFP

Le poids de l’Outre-mer dans l’AFB ?

Au niveau national, au moins cinq Ultramarins figureront au conseil d’administration de l’AFB. Un amendement avait été voté en ce sens en mars 2015 à l’Assemblée nationale sous la pression des élus d’Outre-mer rappelant que 80% de la biodiversité française se trouve chez eux.
forêt guyanaise
La forêt guyanaise, près de Dorlin ©AFP/Archives, Jody Amiet

"Un parlementaire et un représentant de la collectivité territoriale de Polynésie, y seront bien entendu représentés", a précisé André Vallini répondant à une question du député de Nouvelle-Calédonie Philippe Gomès ce 20 décembre.

Le secrétaire d’Etat chargé des relations avec le parlement a souligné qu'un "comité d'orientations dédié à l'Outre-mer" sera également créé au sein de l'AFB, qui pourra recevoir "des compétences relatives à la biodiversité ultramarine". Enfin il a précisé que le conseil scientifique de l'AFB "comprendra une proportion significative de spécialistes de la biodiversité ultramarine".

La gouvernance de l’AFB ?

Hubert Reeves, 84 ans, président d'honneur de l'association Humanité et Biodiversité a été nommé le 8 septembre président d'honneur de l'agence française pour la Biodiversité. En juillet dernier, La1ere.fr avait publié une série d'entretiens avec le célèbre astrophysicien québécois. Il estimait que l'agence avait mis du temps à voir le jour, mais qu'elle apporterait plus d'efficacité à la défense de la nature. 

Hubert Reeves
Hubert Reeves ©THOMAS COEX / AFP