Audrey Pulvar, nouvelle présidente de la fondation Hulot, dit stop aux pesticides

environnement
Audrey Pulvar
Audrey Pulvar ©AFP
A peine nommée présidente de la Fondation Hulot, Audrey Pulvar écrit dans un courriel à la presse qu’elle "ne peut rester insensible à la remise en question de l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes évoquée par le ministre de l’Agriculture", mais ne parle pas des épandages.
Nommée jeudi présidente de la Fondation pour la Nature et l’Homme (FNH) créée par Nicolas Hulot, Audrey Pulvar n’a pas traîné. A peine, l’effet de surprise passé, la journaliste envoie à la presse un courriel dont le titre a le mérite d’être clair : "non aux pesticides qui menacent notre santé et notre biodiversité".

Pesticides tueurs d'abeilles

Audrey Pulvar estime ne pas pouvoir rester "insensible suite à la remise en question de l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes qui a été évoquée par le ministre de l’Agriculture cette semaine". Stéphane Travert avait en effet déclaré sur RMC à propos de ces pesticides : "nous devons pouvoir autoriser des dérogations pour permettre leur autorisation afin que nos producteurs puissent continuer à travailler dans de bonnes conditions".

Couac au gouvernement

Nicolas Hulot qui avait lutté en 2016 contre ces pesticides néonicotinoïdes par l'intermédiaire de sa fondation, a rapidement réagi aux propos de son homologue de l’Agriculture en affirmant que les pesticides tueurs d'abeilles resteraient interdits. Une prise de position qui a ensuite été confortée par le premier ministre Edouard Philippe comme l'expliquait notre article. 

Quid des épandages ?

Dans son message à la presse, Audrey Pulvar ne parle pas des épandages aériens qui de 2011 à 2013 en Guadeloupe et en Martinique ont opposé les défenseurs de l’environnement aux planteurs. Or dans son interview donnée à RMC, Stéphane Travert a admis ne pas être hostile à un retour en arrière dans de domaine. Encore une fois, Nicolas Hulot a répliqué clairement dans ce tweet ci-dessous, mais le premier ministre, lui, n’a pas évoqué la question des épandages, tout comme la nouvelle présidente de la Fondation pour la nature et l’homme. 

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live