Coronavirus en Polynésie : le député Moetai Brotherson veut solliciter l'aide de la Nouvelle-Zélande et de l'Australie

coronavirus polynésie française
Moetai Brotherson
©DR
Alors que la situation sanitaire liée au coronavirus est de plus en plus préoccupante en Polynésie, le député Moetai Brotherson souhaite activer l’accord FRANZ qui lie ce territoire du Pacifique à l’Australie et la Nouvelle-Zélande.
Le nombre de lit en réanimation va d'ici deux ou trois semaines se révéler totalement insuffisant", a alerté le député polynésien Moetai Brotherson lors de la séance de question aux gouvernement à l’Assemblée Nationale mardi 27 octobre . “Mais le plus important ce sont les ressources humaines” poursuit-il.

Hier nous avons dépassé, en nombre absolu de décès, ceux de la Nouvelle-Zélande, pays de 5 millions d'habitants. Nous sommes 277 000 en Polynésie.


A l’heure où la Polynésie française fait face à une recrudescence de cas de coronavirus inquiétante, l’élu craint que la réserve sanitaire française soit trop occupée dans l’Hexagone pour prêter main forte au territoire du Pacifique.
 

Activer l’accord FRANZ

Pour pallier ce problème, il souhaite activer l’accord FRANZ. Ce dispositif de coopération,signé en 1992, lie la France, la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Son objectif : que les pays s'apportent une aide mutuelle lorsque l’un des territoires du Pacifique, la Nouvelle-Calédonie ou la Polynésie par exemple, fait face à une catastrophe naturelle.

Le député a ainsi interpellé Brigitte Bourguignon, ministre déléguée chargée de l'Autonomie, sur la question : "Est-ce que vous êtes prêt à soutenir le gouvernement Polynésien pour demander à cette coopération régionale et internationale de venir aider la Polynésie Française ?"
"L’évolution de l’épidémie est en effet très préoccupante en Polynésie française", a reconnu la ministre avant de souligner l’action du gouvernement pour soutenir le territoire.
 

De nombreux soutiens ont déjà été mobilisés depuis le début de la crise, notamment en matériel et en renfort humain. Les besoins exprimés par le Haut-Commissaire, le président Fritch, fin août on été rapidement satisfaits et font l’objet d’un suivi rigoureux par le centre de crise. Je pense aux réserves sanitaires que vous évoquiez, aux équipements de protection individuels et à l’appuie de commande en réactifs et en extracteurs.

Brigitte Bourguignon, ministre déléguée chargée de l’autonomie


Sans évoquer l’accord FRANTZ, la ministre a assuré que "la question d’un appui supplémentaire" est en cours de discussion.
 

Six décès en 72h

En Polynésie, tous les compteurs sont au rouge. Le nombre de cas de Covid-19 a plus que doublé en une semaine, de même que le nombre de personne en réanimation et l’hôpital de Papeete craint la saturation. D’après le dernier point sanitaire de l’ARS, la Polynésie comptait le 26 octobre six décès supplémentaires en l’espace de 72h
Les Outre-mer en continu
Accéder au live