Covid-19 : l'armée envoie des moyens médicaux supplémentaires à Mayotte

coronavirus
Materiels Medical
©Ministère des outre-mer

Dans un communiqué en date du 7 février, le ministère des Outre-mer indique qu’un “module militaire de réanimation” (MMR) est déployé dans l’archipel mahorais. Un dispositif qui vise à renforcer les services de secours, alors que la situation est inquiétante sur place. 

39 militaires et plus d’une tonne de matériel médical, dont 31 personnels soignants du service de santé des armées (SSA) et huit militaires issus du régiment médical de l’armée de terre. C’est, en substance, l’effectif qui compose le module militaire de réanimation déployé ce jour à Mayotte par l’Etat. Objectif : prêter main forte aux services de secours mahorais. 

Des services qui font face à une recrudescence de la pandémie mondiale liée au Covid-19 depuis plusieurs semaines. Hôpitaux surchargés, personnel de santé en sous-effectif… Selon le ministère des Outre-mer, “le matériel déployé permet de prendre en charge cinq patients simultanément” en service de réanimation. 

Lors de la première vague de coronavirus, le gouvernement avait dépêché à Mayotte le porte-hélicoptères “Mistral” et la frégate “Guépratte”, dans le cadre de l’opération Résilience. Les renforts avaient quitté l’archipel au mois de mai 2020. 

Reportage de Mayotte la 1ère :

Covid-19 à Mayotte :les renforts sanitaires envoyés par l'armée sont arrivés sur place. Les 39 militaires sont arrivés avec une tonne de fret médical. Reportage Mayotte la 1ère

 

Un reconfinement total 

Depuis le 5 février, les Mahorais vivent dans un archipel sous cloche. Le préfet Jean-François Collombet a décidé de déclarer un confinement général pour une durée minimale de trois semaines, à compter du vendredi 5 février.

Écoles et lieux recevant du public (hormi les commerces alimentaires) sont fermés, attestation de déplacement dérogatoire obligatoire pour sortir… Cette décision a été prise par le gouvernement après que plusieurs variants du Covid-19 aient été identifiés dans l’archipel. 

 

"La situation va encore s'aggraver"

Lundi 8 février, la directrice de l'Agence Régionale de Santé de Mayotte, Dominique Voynet, a lancé sur Mayotte la 1ère un appel aux Mahorais afin que le confinement en vigueur soit davantage respecté. "Je constate que le confinement semble moins bien respecté que la première fois, j’alerte ! La situation de l’hôpital est préoccupante avec près d’une centaine de malades du Covid. Les services de médecine et de réanimation sont pleins de Covid", a-t-elle expliqué. 


Ericka Bareigts monte au créneau 

Ericka Bareigts, maire de Saint-Denis de La Réunion et ancienne ministre des Outre-mer, a demandé hier des moyens supplémentaires pour Mayotte et l’île de La Réunion. Dans une lettre adressée le dimanche 7 février au Premier ministre Jean Castex, l'élue affirme que “le centre hospitalier de Mayotte est saturé et nécessite des moyens supplémentaires au-delà des dix lits déjà accordés aux services d’urgence et de réanimation”. 

L’ancienne ministre des Outre-mer demandait notamment la mise en place d’un hôpital de campagne “équipé en personnels formés, en lits et en matériel respiratoire supplémentaires comme il en avait été déployé en Alsace au plus fort de la première vague".