David Tariffe et Michael Jones, la recette originale du partage et de la convivialité en période de Covid-19

musique
David Tariffe et Michael Jones
©Pierre Lacombe

David Tariffe, maître restaurateur réunionnais et le guitariste Michael Jones se sont associés pour créer un rendez-vous original autour de la musique et de la gastronomie. Une émission de partage en forme de résistance face à cette crise sanitaire qui touche durement la restauration et la culture.

Jamais le chef réunionnais David Tariffe n'aurait un jour imaginé cuisiner en rythme chez Michael Jones. "Je tranche mes oignons et mon gingembre en musique, c'est vraiment super", affirme le maître restaurateur qui n'a pas l'habitude de travailler dans cette ambiance. "Parfois, j'ai envie de danser et de chanter, on va finir par inverser les rôles avec Michael", ajoute-t-il avec le sourire. 

Amis de longues dates, le chef cuisinier et le guitariste se sont retrouvés autour d'une idée simple, mais finalement assez originale, celle de partager avec les internautes de la bonne musique et de bons petits plats. Un clin d'oeil appuyé à deux professions en très grande souffrance avec la crise du Covid-19. "L'émission s'appelle 'confiture', jam en anglais qui signifie aussi un boeuf, un partage musical. C'est du partage dans la convivialité et dans le bonheur. Le bonheur d'écouter de la bonne musique, jouée en live, et de manger de bons plats." 
 

L'idée, c'était de réunir les artistes, les intermittents et les restaurateurs et montrer que l'on peut faire des choses ensemble.

Michael Jones

 

Alors que Michael Jones répète en studio, une odeur savoureuse commence à s'échapper de la cuisine. David prépare un rougail saucisse. "C'est mon plat préféré avec les bouchons", indique Michael qui, l'heure du déjeuner approchant, a bien du mal à rester concentré et finit par passer une tête en cuisine où David commence à dresser les assiettes. "On va se régaler", ajoute-t-il en se frottant les mains. 

"Au début, c'était pour pouvoir manger quand on travaillait dans le studio, mais après, on s'est dit, pourquoi ne pas associer les deux". L'émission est enregistrée à un rythme mensuel et diffusée sur YouTube avec l'espoir de convaincre à terme une chaîne de télévision. 

Viscéralement attaché à La Réunion

Profondément attaché à La Réunion, David Tariffe est arrivé à l'âge de 8 ans dans l'Hexagone. Diplômé en 1999, il est classé troisième au niveau  national et reçoit les félicitations du jury. Il débute en travaillant aussi bien dans des palaces que dans des petits restaurants pour "s’enrichir d’horizons différents", avant de devenir chef à domicile et d’ouvrir son premier restaurant avec son épouse en 2005.

Depuis 2019, David est maître restaurateur. Ce label, accordé par l'Etat, garantit une cuisine authentique, entièrement faite maison. Dans son restaurant, "O' Paille en queue", en référence à l’oiseau qui symbolise les iles Mascareignes, situé à Saint-Laurent-de-Mure en région lyonnaise, David et son épouse, Florentine, proposent une cuisine réunionnaise généreuse et aromatique. On y retrouve tout le métissage culinaire, mais également une cuisine plus traditionnelle. 

Chez nous, le piment est proposé à part, pour laisser la liberté à chacun de manger pimenté ou pas, il s’inscrit dans un jeu d’éveil du palais. Bien dosé, le piment a l’avantage de multiplier les parfums en bouche sans brûler.  

David Tariffe, maître restaurateur 

 

Sur la carte, l'incontournable rougail saucisses. David a délégué la fabrication des saucisses et boudins créoles à la charcuterie "les saveurs de Saint-Ex" avec l'objectif de se rapprocher le plus possible des produits que l'on trouve à La Réunion et de l'adapter, dans le même temps, au palais des consommateurs dans l'Hexagone. "Je vérifie moi-même les textures, le fumage et les ingrédients", précise-t-il. 

La carte propose également un métissage d'avocats, pomme verte, crabe, pointe de lait de coco et citron vert, une cassolette de bœuf cuisiné avec du massalé maison ou encore des gambas flambées accompagnées de riz créole et de petits haricots... Et, le dimanche, quand il a un peu de temps, David descend dans sa cave, son domaine réservé et où les entrées sont très limitées, pour y fabriquer son rhum arrangé qu'il propose à ses clients en fin de repas. 

Le restaurant propose jusqu'à 200 couverts du mardi au samedi. Les clients viennent beaucoup pour l’assiette évidemment, mais aussi pour l’atmosphère et l’ambiance du restaurant. 

Une idée fabuleuse et généreuse

David Tariffe
David Tariffe et son épouse Florentine au restaurant "O'Paille en queue"

Le 19 octobre 2020, lorsque la décision a été prise de fermer les restaurants pour lutter contre la Covid-19, David et Florentine ont d'abord accusé le coup, "un crève cœur" confie David. "Le plus difficile, c'est de n’avoir aucune visibilité sur la date de réouverture", s'inquiète Florentine.

Très vite, le couple comprend la nécessité de travailler autrement. "Dès le mois de mars 2020, nous avons proposé à notre clientèle de la vente à emporter. On ne se plaint pas, ça marche bien, mais ça ne remplacera évidemment jamais l'ambiance du restaurant et les compliments de nos clients quand ils ont bien mangé et passé une bonne soirée", précise David.

Avec leur ami Michael Jones, déjà contraint de reporter à deux reprises une série de concerts à La Réunion en raison de la pandémie, David et Florentine espèrent toucher un nouveau public. "Michael a eu cette fabuleuse et généreuse idée, de mettre en scène, chez lui, dans son studio, des artistes privés de concerts et des chefs privés de leurs restaurants pour leur donner de la visibilité via sa notoriété. Une vraie main tendue en cette longue période de confinement", affirme Florentine. 

Dans quelques jours, l'émission "confiture" recevra une célébrité, dont beaucoup ignorent qu'il est aussi un compositeur très talentueux, mais aussi le un grand chef cuisinier qui viendra jouer de la batterie à défaut du piano de cuisson. Conviviale, l'émission "confiture" veut aussi surprendre. Chaque épisode a sa propre histoire, sa propre recette. 

Regardez le reportage de Pierre Lacombe, Nordine Bensmail et Bernard Bondeel :