Décès de la Martiniquaise Yolande Gabriel : ses filles "soulagées" après l'ouverture d'une instruction

justice
Yolande Gabriel
Yolande Gabriel à droite et ses filles. ©Albane Lussien
Une juge d'instruction a été nommée le 10 juin pour enquêter sur les causes de la mort de Yolande Gabriel, Martiniquaise de 65 ans, en 2020 à Reuil-en-Brie (Seine-et-Marne), nous a confirmé sa famille. Celle-ci avait déposé plainte en octobre 2021.

C'est par un mail du parquet de Meaux en Seine-et-Marne que l'avocat de la famille de Yolande Gabriel a été averti : une juge a été désignée pour instruire l'enquête sur la mort de la Martiniquaise de 65 ans après ses appels au Samu le 21 août 2020. Ses filles avaient déposé plainte en octobre 2021 pour "homicide involontaire" et "omission de porter secours". Une enquête préliminaire avait été ouverte en mars 2022 "et depuis on avait plus rien", confie Laura François. Elle et sa sœur, Christine, ont donc décidé de médiatiser l'affaire, début juin, dans l'espoir de débloquer la situation. "On se demande si ce n'est pas à la faveur de cette médiatisation que le procureur a décidé d'ouvrir une instruction", s'interroge Laura. 

"Un soulagement teinté de peur"

"On est soulagées, explique Laura François à Outre-mer la 1ère. On se dit 'enfin !' Enfin, le juge a réagi, a pris la mesure de la gravité de la situation. Mais d'un autre côté, il y a toujours la peur. Le soulagement est tout de suite contrebalancé par la peur. Il y a toujours le risque que le juge décide de classer l'affaire sans suite."

Le 16 juillet 2020, Yolande Gabriel avait été hospitalisée, son taux de troponine était élevé, signe d'un problème cardiaque. Les médecins avaient diagnostiqué une infection et une embolie pulmonaire. La Martiniquaise était sortie au bout de deux semaines avec un traitement : des médicaments pour le cœur, la tension et un anticoagulant.

Ce sont tous ces éléments qu'elle avait présentée à l'assistante de régulation du Samu le matin du 21 août 2020. Une conversation d'un peu moins de dix minutes, comme le montre l'enregistrement que ses filles se sont procuré et que nous avons pu écouter en intégralité. Yolande s'exprimait difficilement, elle semblait essoufflée. L'assistante de régulation s'était agacé de son long récit avant de la mettre en ligne avec un médecin du Samu qui s'était emporté : "Mais putain, mais parlez dans le téléphone!"

♦ Deux ans après l'appel de détresse de la Martiniquaise Yolande Gabriel, ses filles accusent le Samu et l'hôpital

"Homicide involontaire" et "omission de porter secours".

Le médecin avait finalement décidé une ambulance au domicile familial pour ramener Yolande Gabriel aux urgences. Mais la Martiniquaise est décédée chez elle, après un malaise. Le Samu de Seine-et-Marne n'avait pas donné suite à notre demande d'interview. Mercredi 1er juin, son directeur François Dolveck, avait reconnu auprès de Médiapart des "signes exprimés d’exaspération injustifiée du médecin". Mais il estime que "la continuité de la prise en charge n’en a pas été affectée."  

En octobre 2021, la famille de Yolande Gabriel avait porté plainte pour "homicide involontaire" et "omission de porter secours". "On ne comprend pas qu'un médecin qui a prêté serment, censé soigner les gens, ait pu parler comme ça à maman alors qu'elle était en train de mourir", nous avait expliqué Laura.